RDC-Angola : un accord de coopération douanière sera signé en juillet 2014 à Luanda

0
488

C’est fait. Les administrations douanières angolaise et rd congolaise ont levé l’option de conclure un Accord d’Assistance Mutuelle Administrative, (AAMA). La signature proprement dite interviendra en juillet prochain, dans la capitale angolaise, Luanda.

C’est la décision qui a sanctionné les travaux de la réunion des experts de l’administration douanière de la République Démocratique du Congo et celle de la République d’Angola. Ces travaux, débutés le lundi 5 mai 2014 au centre d’événements Romeo Golf, ont été clôturés le jeudi 8 mai et dans le même cadre. Leur objectif était de finaliser les échanges, débutés en mai 2013 à Luanda, préalables à la signature d’un Accord d’Assistance Mutuelle Administrative entre les deux administrations douanières, dans le cadre de la facilitation du commerce transfrontalier.

Cinq moments forts ont marqué la cérémonie de clôture de la réunion mixte des experts douaniers des deux pays. A savoir : la lecture des recommandations ayant sanctionné les travaux de Kinshasa, leur signature par les responsables des deux administrations douanières respectives, le discours de Mme le Directeur général adjoint du Service National das Alfandegas d’Angola (douane angolaise), le discours de clôture du Directeur général de la douane congolaise, et enfin la remise par le Directeur général de la douane congolaise des cadeaux aux membres de la délégation angolaise ayant participé aux travaux.

            Au total, huit recommandations ou résolutions ont sanctionné la réunion mixte de Kinshasa. Il s’agit, entre autres, d’accélérer le processus de l’approbation de l’Accord d’Assistance Mutuelle Administrative entre la douane de la République Démocratique du Congo et celle de la République d’Angola, échanger les informations et renseignements sur les mouvements transfrontaliers des personnes et des biens entre la RDC et l’Angola, renforcer la collaboration  entre les deux administrations douanières au niveau des postes frontaliers, accélérer le système informatique, effectuer des patrouilles mixtes le long de la frontière commune, améliorer les procédures relatives aux mouvements des voyageurs et de leurs bagages, etc.

            Il importe de rappeler que la République démocratique du Congo partage une longue frontière avec l’Angola, allant de la province de Bandundu à celle du Katanga, en passant par le Kasaï-Occidental et le Bas-Congo. Parmi les postes-frontaliers, on a : Lufu, Yema, Banana, Ango-Ango, Soyo, Dundu, Nioki, Kimbata, Kamako, Dilolo, etc.

            Après lecture du rapport final, les responsables des deux administrations douanières ont procédé à la signature des recommandations-résolutions des experts. Il s’agit de Deo Rugwiza Magera pour la République Démocratique du Congo et de Mme Maria Conceica das Santos Matos pour la République d’Angola.

La numéro deux de la douane angolaise a, dans son intervention, tenu à remercier les dirigeants de l’administration douanière de la Rdc, avant de rappeler le but de sa visite de travail à Kinshasa.

Rendez-vous à Luanda,

en juillet

            Dans son discours de clôture des travaux, le Directeur général de la douane congolaise a rappelé à l’intention des participants que la réunion de Kinshasa était suite logique de la dernière rencontre tenue à Luanda du 13 au 17 mai 2013, dans le cadre des échanges préalables à la signature d’un Accord d’assistance mutuelle administrative (AAMA).

Saluant le travail abattu par les participants, Deo Rugwiza a fait savoir que celui-ci constitue désormais le cadre formel d’échange de renseignements et d’informations sur les mouvements transfrontaliers des personnes et des marchandises entre l’Angola et la République Démocratique du Congo. «Il s’agit exactement du texte harmonisé de l’Accord qui sera signé à Luanda, en Angola, au mois de juillet 2014, ainsi que du plan d’actions à mettre en œuvre en attendant la signature dudit accord ».

Par ailleurs, a-t-il indiqué, ledit accord sera axé sur :

– l’échange mutuel des renseignements sur les mouvements transfrontaliers des marchandises, des personnes et des moyens de transport en vue de prévenir, lutter et réprimer la fraude douanière ; et de ce fait, contribuer à l’accroissement des recettes et à la protection de nos populations respectives ;

– la recherche des infractions à nos législations douanières;

– les échanges d’expériences entre les fonctionnaires de nos deux administrations ;

– les visites mutuelles des fonctionnaires des douanes angolaises et congolaises ;

– l’assistance technique mutuelle et le renforcement des capacités des fonctionnaires de nos douanes ;

– l’organisation des opérations frontalières conjointes.

Un certain nombre de mesures sont également mises sur pied. Elles visent le renforcement de la coopération douanière et les mécanismes de contrôle au niveau des postes frontaliers.

            Ces mesures visent notamment à établir des points focaux aux postes frontaliers de Luvo, Noqui, Kimbata, Soyo, Dundo, Yema et Luau, afin de rendre efficace l’échange d’informations recherchées ; tenir des rencontres bilatérales entre les fonctionnaires au niveau local dans le but d’échanger les expériences ; évaluer les besoins en infrastructures frontalières adéquates ; accélérer le processus de comptabilité et de connexion des systèmes en vue efficient l’échange des informations aux postes frontaliers ; améliorer les processus concernant les mouvements des personnes, des marchandises, en ce compris ceux des minéraux et des carburants.

            «Votre visite à la Direction Générale des Douanes et Accises de la République Démocratique du Congo constitue un prélude à une coopération douanière durable et efficiente, susceptible de contribuer au développement socio-économique de nos pays respectifs », a déclaré en substance Deo Rugwiza au chef de la délégation angolaise, Mme le Directeur général adjoint du Service National das Alfandegas d’Angola.

            Avant de regagner leur pays, les douaniers angolais devaient effectuer une visite au poste frontalier de Lufu par où transite actuellement une quantité importante de marchandises et se pose également des problèmes qui exigent des solutions urgentes.                       Dom

LEAVE A REPLY

*