RDC : 974 conflits en 6 mois

0
51

Des médiateurs sociaux ont présenté hier mardi 24 août au Centre d’Edition Protestante « Cedi » à la presse leur rapport semestriel d’activités, édition 2010.  Ce document, fruit de la collecte des données sur les conflits enregistrés en RDC de janvier à juin 2010, est révélateur des problèmes inhérents à un pays post-conflit. La médiation sociale, née de la volonté de l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique « Eisa », s’investit dans le monitoring.  

            Ce rapport a été lu tour à tour par Rigobert Lelo et Geneviève Beya. Au total, 974 conflits à caractère social, institutionnel, politique… ont été épinglés dans les onze provinces du pays.

            Sur le plan social, ils ont relevé la persistance, la récurrence et l’aggravation de certains types de tensions, par exemple les frictions entre Twa et Bantous au Bandundu, entre éleveurs du bétail et propriétaires d’ espaces agricoles au Bas –Congo. Il a y a aussi l’animosité entre les chefs coutumiers Fumu Banda et Fumu Kazembe provoquée par la découverte d’un filon d’or situé à cheval entre leurs groupements…

            Faiblesse de l’autorité de l’Etat, tendance à la tricherie ou à se faire justice , promiscuité….figurent parmi les causes des conflits qui ont occasionné mort d’hommes, déplacement des populations, pillage des champs, incendie des villages, etc….

            Dans le volet institutionnel, ils ont retenu le bras de fer entre le Premier Ministre Muzito et la ministre Laure Marie Kawanda au sujet des arrêtés portant suspension des mandataires de l’Ogefrem, la controverse autour de la révision de l’article 222 de la Constitution pour le recentrage du mandat présidentiel, la grève des fonctionnaires suite à l’application sélective du barème de Mbudi, l’arrestation du député Mukonkole, les motions de défiance contre les chefs des exécutifs provinciaux au Maniema et du Sud-Kivu.

            Ils ont évoqué aussi la décision des députés provinciaux de l’Ituri d’ériger leur district en province dès le 15 mai 2010, les conflits récurrents de succession au Kasai Occidental, la motion de défiance contre le questeur et deux ministres provinciaux suivi de la séquestration de 4 ministres provinciaux au Katanga… 

Cas de Mokia, Chebeya, …. 

Au chapitre politique, Beya et Lelo ont fait état de la bagarre entre  les acteurs politiques Mokia et Yolama sur un plateau de télévision, du conflit de leadership entre Matusila et Kimasi à l’Abako, des turbulences observées à l’Udps et à l’Amp.

            Au plan sécuritaire, ils ont rappelé l’aventure des  insurgés Enyele, les exactions des groupes armés au Nord-Est du pays, l’assassinat de Chebeya….

            S’agissant de leurs actions, il a noté le mémorandum adressé par les acteurs sociaux de la Province Orientale aux autorités nationales et provinciales sur la nécessité de stabiliser les institutions provinciales.  Les médiateurs du Kasai Oriental, par le biais des acteurs sociaux, se sont investis dans la recherche des voies et moyens pour amener les Munyenge et les Kalombo du district de Kabinda à fumer le calumet de la paix….

            Au chapitre des recommandations, l’Etat  est appelé à matérialiser de manière concrète sa politique sociale pour lutter contre la pauvreté et la dégradation du cadre macro-économique, source des tensions sociales. Le législateur est appelé à accélérer le processus de décentralisation en cours en adoptant dans le meilleur délai la loi coutumière de manière à mettre un terme aux conflits de succession.

                                                         Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*