RDC : 70 millions d’habitants et un faible taux d’accès à l’eau potable

0
849

cd-improved-access-to-drinking-water-400x267La République Démocratique du Congo (RDC) est connue, depuis l’époque belge, comme un pays riche : riche en faune et flore (premier massif forestier en  Afrique, avec des espèces animales uniques : Bonobo, Okapi, Gorille de montagne, etc. et deuxième massif forestier du monde après l’Amazonie ; scandale géologique et  hydraulique (le bassin du Congo est le plus étendu et le plus arrosé de l’Afrique, avec des milliers de cours d’eau disséminés sur l’ensemble du territoire national, etc.). La RDC et sa population devaient ensemble se réjouir de telles richesses naturelles et en tirer largement profit pour le développement économique et social du territoire national. Malheureusement, le constat fait lors de la «Journée mondiale de l’Eau» – célébrée le samedi 22 mars 2014, au Cercle de Kinshasa, dans la commune de la Gombe – est accablant. Une célébration organisée par le Comité National d’Action de l’Eau et de l’Assainissement (C.N.A.E.A.) sous  le parrainage du Ministère du Plan et de celui des Ressources hydrauliques et Electricité.

 Cette manifestation a attiré l’attention sur le fait que la RDC, avec plus de 70 millions d’habitants, est l’un des pays d’Afrique ayant actuellement le taux d’accès le plus faible en eau potable (26%). L’alimentation en eau potable est encore très faible en milieu rural où environ plus de 50% des populations n’ont accès à aucun service social de base. La RDC est même en-dessous de la moyenne sous-régionale et régionale en matière d’approvisionnement en eau potable. Malgré les efforts déjà consentis par le gouvernement et surtout les bailleurs de fonds, notre pays ne sera pas au rendez-vous des OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement) en 2015. Cette situation préoccupe au plus haut point le Gouvernement de la République qui. Dans le message envoyé par le président de cette Journée mondiale de l’Eau – qui se trouve être Bruno Kapandji Kalala, ministre des Ressources hydrauliques et Electricité empêché – il est signalé que le thème international de cette journée est « Eau et Energie », tandis que la RDC a préféré le thème : « Eau potable pérenne et en quantité suffisante pour le milieu rural ». Cela est un défi majeur pour le gouvernement qui se dit conscient de la situation dramatique vécue pour l’approvisionnement en eau potable dans le milieu péri-urbain et rural. Le 22 mars tombant au mois consacré à la femme, le mot du Président de cette Journée de l’Eau en RDC s’est particulièrement appesanti sur le calvaire de celle-ci, affaiblie et retardée par une corvée d’eau depuis la nuit des temps jusqu’à ce jour.

Puisage de l’eau : une corvée à éradiquer

 Dans son message, il a déploré que « nos mères et filles subissent chaque jour le poids du puisage de l’eau en ville et surtout en milieu rural où les points d’eau sont encore à plus de 30 minutes des habitations». En outre, il a noté que cette corvée engloutit le temps des femmes, des enfants et des jeunes filles, réduisant ainsi considérablement leur développement social et économique (scolarisation, épanouissement…). Il a lancé aux différents partenaires techniques et financiers, un appel pour une mobilisation des fonds pour le développement du secteur ; et cela en veillant sur trois facteurs dans le milieu péri-urain et rural : le choix technologique ; la qualité de l’ouvrage ; l’appropriation du projet par la communauté bénéficiaire et les structures technico-administratives ; sans oublier le système de maintenance.Le représentant des partenaires techniques et financiers, Simon Stumpf, a réitéré leurs appuis au gouvernement pour le secteur de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement et a demandé au gouvernement des mesures appropriées pour booster ce secteur.

Auparavant, deux représentants – de la Regideso et du Service National d’Hydraullique Rural (SNHR) – ont exposé les efforts fournis par leurs entreprises pour augmenter la desserte en eau potable et améliorer la qualité de leurs services. Et le mot de bienvenue a été prononcé par Edmond Bundutidi Mbenza, Secrétaire exécutif du C.N.A.E.A.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*