Rassemblement : les rebelles isolés !

0
484
Le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement a retrouvé rapidement sa cohésion après la petite vague de contestations, par une frange de ses membres, de la désignation, le jeudi 02 mars 2017 au soir, de Félix Tshisekedi (UDPS) et Pierre Lumbi (MSR/G7), respectivement à la présidence de sa direction politique et à celle du Conseil des Sages. 48 heures après la fronde qui s’est déclarée en son sein, Joseph Olenghankoy et ses camarades frondeurs de l’aile dissidente de la Dynamique ont apparu isolés. Le dédoublement du Rassemblement qu’il s’apprêtait à matérialiser a fait flop, faute d’adhérents. L’unique alternative qui s’offre aux frondeurs, c’est de recruter en dehors du cercle des fidèles, notamment dans les rangs des participants au Dialogue du Camp Tshatshi dont plusieurs siègent dans le gouvernement Samy Badibanga.
 
            En effet, dès le vendredi 03 mars, Martin Fayulu, président de l’ECIDE et de l’une des ailes de la Dynamique de l’Opposition, candidat malheureux à la présidence du Conseil des Sages, faisait allégeance au nouveau leadership, au terme d’une bouderie qui n’aura duré que l’espace d’un matin. Il a renouvellement publiquement son attachement au Rassemblement et à ses nouveaux meneurs à l’occasion d’un point de presse qu’il a animé à Faden House, dans la commune de la Gombe. Cet opposant radical a fait savoir qu’il acceptait sa défaite face à Pierre Lumbi pour l’intérêt général et surtout pour poursuivre, au sein de cette méga plate-forme politique, la lutte pour l’alternance politique et le changement de gouvernance au sommet de l’Etat, conformément au testament politique d’Etienne Tshisekedi, défunt président du Conseil des Sages et père de la démocratie congolaise.
            Jean-Pierre Lisanga, Coordonnateur de la Coalition des Alliés de Tshisekedi, qui avait lui aussi manifesté bruyamment contre la restructuration du Rassemblement initiée par l’UDPS et le G7 et s’était même retiré de la compétition électorale avant que la Commission Kitenge-Bwasa n’examine les dossiers des candidats, est revenu aux bons sentiments. Afin de lever toute équivoque, il s’est présenté le samedi 04 février à la résidence d’Etienne Tshisekedi, sur rue Pétunias, à Limete, accompagné des membres de son staff, pour témoigner sa fidélité à Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi.
            Le G14, dont la composante avait annoncé, le jeudi 02 février, son retrait du Rassemblement à la suite de l’élimination du Dr Kabamba Mbwebwe, son candidat à la présidence du Conseil des Sages, a présenté officiellement ses excuses aux deux nouveaux élus et réitéré son appartenance à cette grande famille politique de l’Opposition.
            Quant à Jean-Claude Vuemba, président du MPCR (Mouvement du Peuple Congolais pour la République) et membre de l’aile de la Dynamique conduite par Joseph Olenghankoy, animateur principal de la fronde, il a, à travers un message rendu public par le bureau politique de son parti, remis les pendules à l’heure en saluant chaleureusement l’avènement de Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi à la tête du Rassemblement. Il a considéré les remous enregistrés jeudi soir au sein de leur famille politique comme l’expression de la démocratie.
            Delly Sessanga, président de l’AR (Alternance pour la République) a, pour sa part, réagi par la radiation pure et simple de quatre partis de sa composante reconnus être de mèche avec les frondeurs réunis sous la bannière du leader des Fonus.
Quant à Moïse Katumbi, il s’est fendu d’un message poignant à la fois de félicitations et d’encouragement à Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, mais aussi de mise en garde des sociétaires du Rassemblement contre les manœuvres de division orchestrées par le pouvoir en place. Candidat déclaré à la présidence de la République, il a rappelé son retour imminent au pays, pour faire triompher la lutte du peuple congolais pour l’alternance au sommet de l’Etat. 
            Bref, l’éclatement du Rassemblement tant souhaité et soutenu par les forces du mal, n’est plus qu’un vague souvenir.
                                     KIMP