Rapport pour la transparence des industries extractives 2007 : les provinces prisonnières de l’ITIE

0
35

 Le premier rapport de la Rd Congo dans le cadre de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) de l’exercice 2007, publié en 2007 a été divulgué dans toutes les provinces du pays. C’est ce qui se dégage de la rencontre organisée hier, mardi 2 novembre 2010, en la salle Boka de Cepas par la coordination de la dissémination de ce rapport à travers le pays.

Georges Bokondu de SARW, Christian Mambu, coordonnateur national de l’ITIE/RDC et Jean Pierre Muteba, du secrétariat technique de l’ITIE/RDC ont donné un premier aperçu de ce qu’a été ce travail à travers tous les chefs- lieux des provinces et quelques villes du pays.

            Rappelons que ce premier rapport de l’ITIE/RDC concernait 22 entreprises minières du Katanga et 5 entreprises pétrolières du Bas-Congo. Ce rapport a dégagé des écarts entre les déclarations de paiement des entreprises et celles de perception de l’Etat.

 Les structures de l’Etat ont déclaré avoir perçu 404.781.000 dollars américains alors que les entreprises ont déclaré avoir payé 404.981.000 dollars américains.

Ces écarts ont été relevés au niveau des provinces où la synthèse de ce rapport a été présentée. « Pourquoi ces écarts n’ont-ils pas été analysés et corrigés ? », « Pourquoi l’ITIE n’est-elle pas représentée dans les provinces ? », « Pourquoi ce rapport ne concerne-t-il pas d’autres provinces en dehors du Katanga et du Bas- Congo ? », ont cherché à savoir quelques Congolais à travers le pays. En ce qui concerne par exemple la représentation de cette structure à l’intérieur du pays, les animateurs de la rencontre ont indiqué que l’ITIE au niveau national a des difficultés à fonctionner, ce qui fait que pour le moment il est difficile de mettre en place ses structures prévues de l’ITIE dans les provinces.

            Le rapport de la divulgation de la synthèse de l’exercice 2007 a été présenté en Power Point, ce qui n’a pas permis à l’assistance d’avoir une idée sur tous les aspects, tel le nombre des participants ayant pris part aux activités de dissémination. Ainsi la rencontre d’hier a permis d’enrichir le rapport définitif qui sera présenté incessamment. 

Jean- René Bompolonga    

 

 

LEAVE A REPLY

*