Rapatriement des refoulés de Brazzaville : J.Mbadu supervise l’opération pour le Bas-Congo

0
88

Jacques-MbaduAccompagné de cinq députés nationaux et d’autres personnalités du monde politique et associatif de la province du Bas-Congo, Jacques MBADU a consacré la journée de vendredi dernier à superviser le rapatriement des refoulés de Brazzaville originaires de sa province. En tout et pour tout 398 personnes, tous âges et sexes confondus, ont eu l’insigne honneur de bénéficier du transport par bus de la compagnie TRANSCO pour regagner leurs villages respectifs. Ces compatriotes étaient jusque-là hébergés sur le site de Maluku dans des tentes et locaux situés aux environs de l’usine de SIDERNA aménagés pour la circonstance. Sur ce site, se trouvaient aussi d’autres compatriotes originaires de la province de l’Equateur et d’ailleurs en attente des moyens de transport.

            Huit bus de la compagnie TRANSCO ont été pris en location par le Gouverneur du Bas-Congo pour effectuer par route les mouvements vers Matadi, Kinzau Vuete, Materne, Tshela, Boma et Muanda. Après avoir visité les sites où étaient hébergé les refoulés de Brazzaville, Pointe Noire, Dolisie et autres localités du Congo voisin, le Gouverneur Jacques MBADU a ensuite eu des entretiens avec la Secrétaire Générale a.i du ministère de l’Action Humanitaire et  certains délégués des Ong et organisations à caractère humanitaire qui avaient dressé des listes reprenant les identités de ces refoulés.

            Dans son mot de circonstance, il a tenu à rassurer ses compatriotes que personne d’entre eux ne restera plus à Maluku. Toutes les dispositions ont été prises pour que tous les Ne Kongo soient rapatriés vers leurs villages respectifs. Regroupés dans le site qui servait à l’époque de lieu de stockage de la société SIDERNA, ces compatriotes ont reçu chacun un kit alimentaire pour tenir le coup jusque dans leurs villages. Le Gouverneur a ensuite promis que dès le mois de juillet, il va prendre contact avec le chef de l’Etat pour obtenir un site où l’on va construire des habitations au profit de tous les corps des métiers revenus du Congo voisin. Chacun des cinq députés nationaux a pris la parole pour souhaiter la bienvenue à leurs compatriotes refoulés du Congo voisin en leur assurant que ce qui leur arrivé ne doit pas les décourager. Bien au contraire, ils doivent tirer des leçons pour l’avenir. Le malheur des uns fait le bonheur des autres, a déclaré l’honorable MAKWALA, député de Luozi. Pour son collègue de Muanda, Jean-Marie MOLATO, la RDC dispose des terres parmi les plus riches de la terre pour produire des richesses plus variées. «Votre réussite, c’est notre réussite, votre échec c’est notre échec», a-t-il lancé en direction de Jacques MBADU. «On est solidaire de toutes les actions que le gouvernement provincial organise en faveur de ses administrés. Clément NZAU s’est félicité de constater que la présence des députés provenant de tous les horizons politiques constitue déjà la preuve de la cohésion provinciale prônée tout récemment par le Gouverneur MBADU dans son discours de l’An 1 à la tête de la province. Avant de rendre un hommage mérité au gouverneur MBADU qui ne lésine pas sur les moyens pour voler au secours de ses administrés en y associant toujours les élus Ne Kongo, ainsi que d’autres personnalités de cette province. Jean-Claude VUEMBA, député de Kasangulu et président du Causus des députés Ne Kongo est resté égal à lui-même en ravivant le nationalisme qui, à ses yeux, devrait inspirer chaque compatriote, surtout en ces temps où des voisins se permettent de violer les principes élémentaires des droits de l’homme. On ne nous respectera que lorsque la RDC va terminer la construction du port en eaux profondes de Banana. L’honorable MATEZOLA a déclaré que ce qui nous arrive était prévisible et qu’il faut maintenant redoubler d’efforts pour que rien de tel ne se répète plus jamais. «Votre réussite est la nôtre», a-t-il indiqué en direction du Gouverneur MBADU. Pas de barrière idéologique pour tout ce qui touche la province du Bas-Congo. Pour clôturer, Jacques MBADU a indiqué que tous ses efforts sont au service du patriotisme, du nationalisme et d’humanisme. Il s’est encore une fois félicité de la présence des députés venus de tous les horizons idéologiques, une preuve supplémentaire de la cohésion provinciale qui est inscrite en lettres d’or dans son programme de la reconstruction de la province du Bas-Congo. Il faut démontrer au monde entier que le peuple congolais est fort et tient à le demeurer jusqu’à la fin des temps. Dès le mois de juillet, le gouvernement provincial va inventorier les différents corps des métiers refoulés de Brazzaville pour la construction d’une ville où ils seront appelés à œuvrer pour le bonheur du Bas-Congo et de toute la République.

Martin Koebler et Géneviève Inagosi en visite à Maluku

    

 Le numéro 1 de la Monusco, Martin Kobler accompagné de Inagosi, Ministre du Genre, Famille et Enfant, a également rendu visite à ces Congolais expulsés de  Congo-Brazzaville. Les deux personnalités ont profité de cette occasion pour dialoguer avec ces infortunés, les responsables étatiques et les diverses organisations humanitaires.  Après avoir visité les différents stands, Martin Köbler s’est dit choqué par des témoignages recueillis sur place. Selon le rapport provenant de ces malheureux qui doit être vérifié, a-t-il déclaré, plusieurs personnes se sont noyées pendant la traversée parce que poussées de force par les agents de sécurité de Brazzaville, qui de fois recouraient aux armes à feu,  en faisant semblant  de mettre de l’ordre dans le bateau. D’autres ont été victimes des violences sexuelles de la part des policiers du Congo-Brazza.  « L’un d’entre eux a raconté que le bateau était surpeuplé et que beaucoup d’enfants sont tombés dans l’eau … », s’est exclamé Martin Köbler, en rappelant que conformément aux prescrits du Droit humanitaire, les expulsions doivent suivre le standard humanitaire.  Il a à cet effet indiqué que la Monusco entrera en contact avec Mme  Bangoura, Envoyée spéciale du Secrétaire Général de l’ONU en ce qui concerne les violences sexuelles, pour voir comment mener des investigations à ce sujet. Il a aussi fait savoir que Mary Robinson et la section des droits de l’homme de la MONUSCO y sont aussi impliquées.

            De son côté, Géneviève Inagosi a rappelé qu’en dehors de ces différents témoignages, il y a aussi des images qui circulent sur le Net montrant des viols et violences commises sur les femmes et filles originaires de Kinshasa. C’est ainsi qu’elle a exigé une enquête bilatérale devant commencer d’abord par le gouvernement de Brazzaville et ensuite,

par celui de Kinshasa.  Elle a aussi indiqué que la RDC et le Congo Brazza  sont membres des organisations sous régionales et internationales qui appliquent la politique de tolérance Zéro sur les questions des viols et de violences sexuelles. Il sied de noter que le site de Maluku héberge près de 3.095 expulsés dont 85% sont des ressortissants de la province de l’Equateur.  Pendant leur visite de ce site, les deux hautes personnalités ont entendu des rapports des organisations internationales, en l’occurrence l’OIM, Caritas, le Gouvernement central, Médecins sans Frontières, Médecins d’Afrique, UNFPA, Vodacom, Communauté musulmane, Unicef qui ont fourni des tentes, médicaments, vivres et moustiquaires.

F.M. et Perside Diawaku            

LEAVE A REPLY

*