Question cabondaise : le président Santos invité aux négociations

0
27

Le Mouvement pour le rassemblement du peuple cabindais et pour sa souveraineté (Mrpcs) a invité le président angolais, Eduardo Dos Santos à entamer des négociations et à s’investir réellement pour trouver une solution définitive.

Le Chargé des relations extérieures du mouvement, J-P Laranja a fait état de cette préoccupation de sa formation politique hier mardi 26 octobre 2010 à « New relax », dans la commune de la Gombe. 

         Au sujet des négociations auxquelles son parti convie le président angolais, le Mrpcs s’est estimé en droit de poser déjà les bases d’un dialogue voulu franc et sincère. Il a proposé que le choix soit porté sur un « médiateur neutre », pour « assurer un climat serein et sécurisé des négociations » ; et que la « solution trouvée soit garantie par la communauté internationale ».

         Aux yeux de Laranja, coiffé d’un sombrero derrière des lunettes fumées, « le problème cabindais relève de la communauté internationale ». Il a reconnu que l’Angola seule ne peut pas résoudre le problème cabindais « parce qu’il n’est pas isolé et, pour le Cabinda, l’Angola est un prédateur ».

         Le Mrpcs a invité, par la bouche de Laranja, l’ensemble des Cabindais à être solidaires et unis « face à la déclaration du président José Eduardo dos Santos de trouver une solution définitive pour le Cabinda ». Quelle solution peut-il trouver ? A cette interrogation de la presse, Laranja a souligné croire dur comme fer que c’est celle de donner au Cabinda son indépendance tant réclamée. 

Pas d’accord avec Luanda 

         Dans un autre chapitre, le Mouvement dit ne pas être d’accord avec Luanda. « Nous dénonçons la « duplicité » du gouvernement angolais dans les négociations avec le Flec-Fac. « Cette duplicité est la manifestation de la mauvaise foi légendaire dont il a toujours fait preuve dans la question cabindaise », a dénoncé Laranja qui a souligné que « ces négociations ont été en réalité des contacts pour détruire la lutte pour l’indépendance du Cabinda ».

         Tout en se réjouissant de la déclaration faite le 18 octobre 2010 par le président de la République, le Mrpcs attend voir celui-ci s’engager effectivement à trouver une solution définitive au problème du Cabinda. « C’est en effet sage et  civilisé de mettre fin aux enlèvements forcés, aux arrestations arbitraires, aux prises d’otages, … »,  a conseillé Laranja.

         Dans une réflexion intitulée « Le vertige angolais », le mouvement pense qu’ « il est temps de relancer la question cabindaise pour rendre justice et pour mettre fin à ce vertige angolais qui menace la paix et la sécurité des Etats ». « C’est vrai que le président (…) a dit être prêt à trouver une solution définitive pour le Cabinda. Mais l’Angola ayant le vertige, il est bon que la communauté internationale l’aide à se stabiliser pour que cette solution définitive soit réelle et juste », conclue la réflexion d’une dizaine de pages.                                              

                            D-I.K

 

LEAVE A REPLY

*