Que se passe-t-il à Lubumbashi ?

0
46

La nouvelle est tombée aussi brutalement que laconiquement lundi à Kinshasa : «les forces de sécurité sont en état d’alerte à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Katanga». Confirmée rapidement par la radio onusienne Okapi, elle a constitué la grande surprise de la journée à côté de la reccurente question de la motion de censure qui empoisonne la vie politique du pays depuis près d’un mois.
            Face au flot de rumeurs suscité par la nouvelle livrée par Radio Okapi, on était en droit d’attendre de plus amples explications du gouvernement pour à la fois éclairer l’opinion et apaiser les esprits. Mais rien n’est arrivé jusqu’au moment où nous mettions sous presse. De sorte que la population lushoise en particulier reste prisonnière des rumeurs les plus affolantes sur la présence des rebelles hutus ou sur la proclamation unilatérale d’une nouvelle province ayant pour chef-lieu Kolwezi. Une simple mise au point officielle aurait permis d’évacuer les incertitudes. Ci-dessous, la dépêche de Radio Okapi.
 
Les FARDC et la police ont investi l’aéroport de la Luano et d’autres points stratégiques de Lubumbashi ©patpozaire.free.fr
Des éléments des forces de sécurité lourdement armés ont été déployés dimanche soir 23 mai dans les points stratégiques de la capitale du cuivre, sans qu’aucune explication officielle ne soit fournie.
Dès 20h locales, des militaires FARDC et des éléments de la police nationale ont investi la chaussée M’Zee Kabila, l’avenue Kamanyola où se trouve la résidence présidentielle, les abords de la RTNC locale, le bureau du gouvernorat de la province et même l’aéroport international de la Luano.
Les  autorités provinciales ont convoqué en urgence une réunion de sécurité lundi matin.
 
Attaque imminente?
 
Avant le déploiement des forces de sécurité dimanche soir, entre 16 heures et 17 heures locales, une situation confuse a été observée à l’aéroport de la Luano selon plusieurs témoins, sans en préciser la nature exacte.
Certaines sources parlent cependant d’une attaque imminente sans déterminer l’identité des éventuels assaillants ni le motif de leur action.
D’autres sources affirment qu’au cours de la même nuit, une vingtaine de personnes ont été arrêtées.
Au mois de décembre 2009, des dizaines de personnes soupçonnées de chercher à déstabiliser le pouvoir en place avaient été arrêtées à Lubumbashi.
Au mois de février dernier, des hommes armés avaient fait irruption au quartier Taba-Congo, mais la police n’avait pas réussi à mettre la main sur eux.

LEAVE A REPLY

*