Quatre radios communautaires en renforcement des techniques de marketing

0
67

En raison de leur portée pour les populations pauvres et leurs capacités à impliquer les citoyens dans les débats locaux, les médias communautaires s’avèrent d’importants fournisseurs d’accès à l’information et à la communication en Afrique Sub-saharienne, particulièrement en République Démocratique du Congo. Mais pour ce faire, les prestataires de ces medias (radios locales)  sont appelés à maîtriser les techniques de marketing afin d’utiliser à bon escient les Technologies de l’Information et de la Communication,  et proposer ainsi au grand public des produits adéquats qui leur permettent de prendre en charge la gestion et le financement de leurs stations. C’est dans ce sens que depuis 2012,  l’UNESCO, avec l’appui financier de l’agence Suédoise d’aide au Développement International (SIDA), exécute le Projet  «renforcer les radios locales par les Techniques de l’Information et de Communication».       Le lancement officiel de la troisième phase de ce projet et l’ouverture de l’atelier sur les Techniques de Marketing sur l’utilisation des logiciels dans les radios locales en RDC, sont intervenus hier mardi 15 juillet 2014 dans la salle Lubumbashi de Caritas Congo, dans la Commune de Barumbu, en présence du Représentant de l’UNESCO en RDC, Abdourahama Diallo, du Chargé d’affaires de l’Ambassade de Suède, Victor Kitembo, des directeurs des radios communautaires et des participants.

Au total 4 radios ont été sélectionnées pour bénéficier de ce projet. Il s’agit de la radio communautaire de Moanda au Bas-Congo, qui diffuse auprès d’une population d’environ 200.000 âmes des territoires de Moanda et de Lukula ;  la radio Bangu, ayant un bassin d’audience de 500.000 personnes dans les districts de Lukaya et des Cataractes ; la radio Deo Gracias, qui couvre une population de 150.000 habitants dans le district du Haut- Katanga ; et la radio Kimvuka na Lutondo, émettant du territoire de Kenge, district du Kwango, dans le Bandundu, avec un potentiel d’auditeurs de 635.658 à Kenge.

Prenant la parole à cette occasion, Abdourahama Diallo a soutenu que les TIC ont conduit à la génération de nouveaux types des médias, comme les médias interactifs tels que les radios partenaires à ce projet,  avec pour caractéristique essentielle, un rôle actif joué par la radio et l’auditeur.  Pour le représentant de l’UNESCO, l’intégration des TIC dans les programmes de la radio constitue un moyen efficace et innovant permettant aux stations des radios communautaires de recueillir des informations de première main en temps réel, afin de créer un flux bidirectionnel de communication d’une manière qui améliore la réponse d’urgence et la participation communautaire au développement.

Abdourahama Diallo a indiqué que l’UNESCO considère la présence des radios communautaires comme un signe de pluralisme médiatique, de diversité des contenus et de représentation des différents groupes et intérêts d’une société, qui encourage des dialogues ouverts, une transparence locale et une voix pour les sans-voix.

Pour sa part, Victor Kitembo s’est dit satisfait de l’intérêt que ce projet suscite du côté du gouvernement et d’autres radios du pays. Il a alors appelé les différents participants de cet atelier à en profiter pour partager.             Notons qu’à ce jour, la RDC compte environ 600 stations de radiodiffusion reconnues par l’Etat, dont 470 radios communautaires et associatives.

Myriam Iragi Maroy

LEAVE A REPLY

*