Quatre continents à Kinshasa pour sauvegarder le patrimoine pygmée

0
41

Du 27 au 29 mars à Kinshasa en l’espace» Fête par fête, la Dynamique des Groupes des Peuples Autochtones(DGPA) organise la 2ème édition du Festival international des peuples autochtones(FIPA) et compte se servir de ce grand événement afin de pouvoir influencer l’adoption de la proposition de loi organique portant principes fondamentaux relatifs aux droits des peuples autochtones pygmées de la RDC par les deux chambres du parlement.

Pour sa réussite, a indiqué ainsi que le coordonnateur de la DGPA, Adrien Sinafasi, l’organisation a prévu des activités et actions d’éveil de conscience du public et des décideurs congolais sur la richesse du patrimoine culturel et des connaissances endogènes des peuples autochtones pygmées, tout en mettant en évidence, leur besoin urgent d’une protection juridique et d’une reconnaissance légale de leur statut des « peuples autochtones » à l’instar de ceux qui vivent dans d’autres régions du monde, notamment ceux de l’Afrique centrale, de l’Afrique de l’Est, de l’Europe scandinave, de l’Amazonie et de l’Asie du sud-est, dont les statuts sont reconnus par leurs Etats respectifs et les Nations-Unies. « Nous sommes déterminés à pousser les décideurs politico-administratifs à créer ce cadre légal d’ici la fin de la session parlementaire du mois de mars prévue en juin 2015… » a-t-il appuyé, avant de souligner que la rencontre vise également à amener le gouvernement de la RDC à être plus regardant sur l’impact de ses politiques à l’égard de ces peuples de forêts dont la survie est étroitement liée à leur environnement naturel.

Cette réunion est, non seulement, une activité événementielle et de plaidoyer, mais encore une plate-forme d’échanges d’expériences et un outil de promotion des droits des peuples autochtones. Ce grand événement culturel constitue, selon les organisateurs, un moyen de sauvegarde, de promotion et de diffusion de la culture traditionnelle des peuples autochtones en vue de reconnaître la richesse  des contributions de ces peuples sur des questions aussi essentielles que la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts, pour le bien-être de l’humanité et le développement durable. Au cours de cette activité, en effet, le peuple congolais trouvera ainsi une opportunité de découvrir cette richesse culturelle des peuples autochtones et des pygmées.

Dans le lot des autochtones attendus, outre ceux de toutes les provinces de la RDC, il y a ceux du Cameroun, de la République centrafricaine, du Congo-Brazzaville, du Kenya (les Masaï), de la Tanzanie, du Royaume de Norvège (les Sami), du Pérou, du Rwanda, du Burundi, du Brésil, de l’Indonésie et de la Malaisie. Quant aux orateurs, ils viendront du Mali, des États-Unis, de la Grande Bretagne, etc., alors que les activités prévues sont, entre autres, des conférences-débats, des ateliers, l’exposition d’arts et des cultures, des villages miniatures, des visites guidées, l’art culinaire, les workshops et expo show radio-télévisés, des contes et projections, la musique live et folklorique et le slam…

Tshieke Bukasa