Le QG de la Monusco pris d’assaut par des manifestants

0
48

qgEn colère depuis le carnage des civils perpétrés sur leur territoire par des hommes armés présentés comme des rebelles ougandais, les jeunes de Beni, particulièrement à Mbau( 25 km de Beni-ville), ont manifesté davantage leur hostilité à la présence de la MONUSCO, en tentant d’intercepter une patrouille mixte Forces armées de la RD Congo(FARDC)- Casques bleus de la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation de la RDC(Monusco, le mardi 21 octobre 2014. A en croire le vice-président de la Société civile du Nord-Kivu, leur objectif affiché était le lynchage des soldats de la paix. Cependant, les militaires de l’Armée régulière s’étaient interposés, en tirant plusieurs balles en l’air pour tenter de disperser les manifestants. « Les jeunes porteurs des machettes, lances et cailloux ne voulant pas céder aux sommations des FARDC ont approché davantage le convoi et l’altercation a été d’une très grande intensité. Dans cette confusion, 3 jeunes ont été touchés par balles; 2 ont succombé et 1 s’est tiré grièvement blessé. C’est vers 21h que les derniers coups de balles ont retentis, les jeunes se trouvant dispersés… » a rapporté l’activiste.

 Tôt le matin de la journée d’hier mercredi 22 octobre 2014, poursuit-il, des badauds membres de cette bande de jeunes ont pris d’assaut la résidence de Remy Lumande, Chef de Secteur de Beni-Mbau où ils ont déposé les 2 dépouilles mortelles sur le lit du Chef de Secteur. Les effets personnels de ce dernier (appareils électroménagers, ustensiles, literie,…), ont été au passage pillés. Pendant ce temps, d’autres jeunes anti-MONUSCO ont effectué le déplacement d’Oïcha et Mbau (à 30 et 25km-nord de Beni-Ville, en territoire de Beni) pour envahir le Quartier Général de la Mission Onusienne. Scandant des chansons hostiles à la MONUSCO, ils ont exigé son départ, puis tenter de caillasser les installations de la mission avant d’être dispersés par les tirs du contingent népalais. Mais avant cela, les manifestants avaient réussi à arracher le portail de l’entrée principale du QG qu’ils ont emporté, ainsi que des caméras de surveillance, des chaises et tables de la réception. A en croire le porte-parole de la Société civile, 7 manifestants blessés ont été admis au Centre de Santé de MAVIVI.

            Pendant ce temps à Beni-Ville, à 100m au nord du rond-point central (au niveau de l’entrée principale du Quartier MATONGE), certains jeunes ont barricadé la route nationale n°4, instituant des barrages pour empêcher, disent-ils, la MONUSCO de circuler dans la Ville. « La Société Civile du Nord-Kivu appelle la jeunesse au calme et à la retenu contre tout acte de violence à l’endroit de la MONUSCO. Elle prévient contre toute manipulation et craint que l’ennemi puisse profiter de cette situation pour rasseoir sa stratégie. Nous appelons au dialogue social pour éviter les malentendus et surtout pour renforcer le partenariat FARDC-MONUSCO-Société civile » a indiqué Omar Kavota.

            S’exprimant à ce sujet, au cours du point de presse hebdomadaire de la Monusco, Martin Köbler, représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en RDC, a lui aussi appelé les jeunes de Beni au calme car ces manifestations « nous empêchent de faire notre boulot ». « Ce n’est pas la peine de prendre la Monusco comme bouc-émissaire. Nous voulons avoir votre soutien car nous avons la force et voulons la mobilité » a-t-il demandé. Tout en reconnaissant que la Monusco a perdu, en partie, la confiance de la population, Martin Köbler a promis de la regagner bientôt, avec l’aide de la population.

            En guise de conclusion, le patron de la Monusco a invité tout le monde à ne pas dramatiser cette situation qui ressemble un peu à celle vécue à Goma l’année passée, mais qui a connu une issue heureuse.

 

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*