Province du Kwango : le bâtiment administratif inauguré à Kenge

0
881

Sous l’impulsion de Larousse Kabula Mavula Kisalu, commissaire spécial de la nouvelle province du Kwango, la ville de Kenge, chef-lieu de la jeune province du Kwango, compte désormais, un grand symbole du pouvoir décentralisé : le bâtiment administratif. Il a été inauguré le lundi 21 mars 2016 par Larousse Kabula qu’entouraient ses deux adjoints, Emery Kaputu et Matilde Muzinga, au cours d’une cérémonie haute en couleurs, en présence des députés et sénateurs ressortissants du Kwango, du président de l’organe délibérant, de toute la notabilité du terroir et des investisseurs expatriés en mission exploratoire dans le Kwango.

En effet, les travaux de réfection de la bâtisse ont consisté en ouvrages de maçonnerie, de vitrerie, de plomberie, d’électricité, de surfaces avec les peintures et le sol, les latrines, les jardins, l’informatique et la connexion Internet qui permet de s’ouvrir à Kinshasa, aux autres provinces et au monde entier.

A en croire le chef de l’exécutif provincial, cette réhabilitation a été rendue possible grâce aux subsides du gouvernement central au titre de frais de fonctionnement aux provinces. « Nous nous sommes sacrifiés, avec les maigres moyens dont nous disposions, pour rénover cette bâtisse, lui donner un visage au moins acceptable », a-t-il confié.

Après la coupure de ruban symbolique par l’autorité provinciale, l’abbé-curé de la paroisse Notre-Dame de la paix a béni le bâtiment. Et ce, avant de procéder à la visite guidée de différents bureaux et services qui vont fonctionner au sein de cet édifice à étages. A l’issue de cette visite guidée, Larousse Kabula s’est dit « très ému d’avoir accompli un petit acte ». Une manière pour lui de s’inscrire dans la vision du chef de l’Etat, initiateur de la
politique de 5 chantiers d’abord, puis celle de la révolution de la modernité.

Après avoir été porté à la tête du Kwango, son équipe a dressé un état des lieux de la province. De cet état des lieux est ressortie la nécessité de voir le Kwango évoluer comme une province réellement, c’est-à-dire celle qui dispose d’infrastructures dignes d’une entité territoriale ayant statut de province. Il fallait donc doter le Kwango d’un symbole de pouvoir : un bureau où doit travailler le chef de l’exécutif provincial. « Nous y avons trouvé une vieille bâtisse qui date de l’époque coloniale, depuis 1954 et qui n’était pas dans un bon état. A la place de nous doter d’engins de luxe, de maisons et tout autre avantage matériel que procure le pouvoir, nous avons préféré donner au Kwango un bureau, un visage », a déclaré Larousse Kabula.

Pour lui, enfin, cette première œuvre d’envergure annonce les couleurs du travail qui doit être réalisé au Kwango. La circonstance lui a donné l’occasion d’interpeller les députés provinciaux à opérer un choix utile pour le progrès de la province et le bien-être des Kwangolais.

Tshieke Bukasa

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •