Protocole d’accord gouvernement/Syndicat de l’EPSP : évaluation des faiblesses et recommandations

0
31

   Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker Mwangu Famba a procédé à l’ouverture des « Travaux d’évaluation des différents protocoles d’accords signés entre le gouvernement et les syndicats du secteur de l’EPSP ». Cette cérémonie s’est déroulée hier mercredi 23 février 2011, au Centre catholique Nganda, dans la commune de Kintambo. Pour lui, ces assises de deux jours – qui se tiendront du 23 au 24 février 2011 – revêtent un caractère important du fait qu’elles doivent procéder à l’examen sans détours des recommandations contenues dans les différents protocoles d’accords signés de 2007 à 2008. Cela permettra aux deux parties de se rendre compte du niveau d’exécution de différentes recommandations ; d’en dégager les forces et les faiblesses dans la mise en œuvre de ce partenariat et de proposer des solutions concrètes pour le grand bien de notre système éducatif.

          
 Une telle évaluation permet d’entretenir la permanence du dialogue au sein de ce ministère et de tonifier le partenariat qui lie les syndicats de l’Epsp au gouvernement. Conscient de cette donne, Maker Mwangu a demandé à tous les participants représentant aussi bien la partie gouvernementale que l’Intersyndicale de l’Epsp de manifester un grand intérêt pour ces travaux. Il se dit convaincu que les meilleurs rapports entre les deux parties ne peuvent que contribuer à une meilleures formation des enfants, à mettre à la disposition de notre pays des femmes et des hommes compétents, bien formés, aimant leur pays et travaillant pour son épanouissement et son développement.

Nécessité d’une évaluation commune et non partisane

          Dans son mot d’introduction, le porte-parole de l’Intersyndicale de l’Epsp, Désiré Tshibwabwa, a retracé les péripéties qui ont amené le ministre de l’Epsp à convoquer la rencontre. Pour lui, tout est parti du constat fait par son organisation : le gouvernement de la République n’appliquait pas toutes les recommandations contenues dans les différents protocoles d’accords. Il a même estimé à 85% le taux des recommandations non exécutées par la partie gouvernementale, tandis que les syndicaux ont accompli les 100% de ce qui leur était exigé . Le gouvernement ayant contesté cette estimation unilatérale, Désiré Tshibwabwa, a expliqué qu’il était juste que les deux partenaires se retrouvent autour d’une table pour établir une évaluation commune, acceptée par les deux parties. Estimant que les syndicats avaient fait leur part du devoir, le porte-parole a dit tenir à ce que le gouvernement s’explique sur les recommandations non réalisées jusqu’à ce jour, alors que les enseignants attendent.
          Toutefois, il a reconnu l’ouverture d’esprit du ministre de tutelle et du gouvernement qui n’ont pas hésité un seul instant à convoquer ces assises pour que tout malentendu soit évacué au profit d’un dialogue profitable à la jeunesse congolaise et au pays tout entier.
SAKAZ

 

 

LEAVE A REPLY

*