Propriété intellectuelle : les techniciens vont réfléchir sur l’état de la normalisation

0
25

La RDC s’apprête à célébrer ce samedi, la Journée mondiale de la propriété intellectuelle. Si du côté officiel, on s’attend certainement à un message du ministre de l’Industrie, les techniciens congolais de leur côté, envisagent de réfléchir sur l’état de la métrologie et de la normalisation dans notre pays, qui n’a pas beaucoup évolué depuis qu’ils en ont lancé la promotion depuis 2004 sous l’égide de l’association « Apromen ». Certes, grâce à leurs actions, quelques avancées ont été enregistrées, mais la RDC n’a pas produit beaucoup des normes dans les domaines divers. Cette situation malheureuse que tous les ministres de l’Industrie déplorent chaque année, continue à interpeller bien des consciences, et révolter de nombreux intellectuels qui ne s’expliquent pas la carence des moyens alloués à ces activités de métrologie et de normalisation. Et la présence de nombreuses pesanteurs qui freinent la promotion et le développement dans ces domaines.

A travers une réflexion qui sera animée ce samedi dans la salle de conférences du Collège Boboto, par d’éminents conférenciers, les techniciens congolais vont relancer une fois de plus la problématique de la carence quasi-totale des normes en RDC. Pourtant, on le sait, les producteurs locaux n’ayant aucune norme légale de référence, livrent ainsi à la consommation de la population, toutes sortes des produits ou des aliments dont on ignore le niveau de la qualité. Que notre pays continue à fonctionner dans cette anarchie indescriptible, ne pouvait que révolter les membres de l’Apromen qui ont fait de la promotion de la métrologie et de la normalisation, leur raison d’être. Aussi sont-ils décidés de tirer une nouvelle fois la sonnette d’alarme sur cette situation scandaleuse, surtout que pour toute production, seules les normes déterminent le niveau de la qualité et assurent la sécurité des consommateurs.

Un regard autour des pays limitrophes ou de la sous-région australe montre pourtant que dans le domaine des normes, la RDC figure toujours au peloton de queue, malgré l’existence d’un ministère chargé de gérer le secteur de la normalisation et de la métrologie, de l’Office congolais de contrôle et du comité national de métrologie et de normalisation et des structures de la société civile. C’est donc le lieu d’apporter un soutien particulier aux techniciens congolais, de fouetter nos lourdeurs et d’exciter la volonté politique pour voir enfin, réalisée cette année, la mise en œuvre de la plupart des recommandations faites au gouvernement depuis bientôt six ans, aussi bien par les organisations internationales, telles que l’OMPI et les experts congolais.                                                                                                                       

J.R.T.

 

LEAVE A REPLY

*