Produits à base d’hydroquinone : un danger permanent pour la peau

0
3117

L’utilisation des produits à base d’hydroquinone constitue un véritable phénomène de société depuis de nombreuses années.

Actuellement, l’on remarque à travers les rues de Kinshasa en particulier et celles d’autres villes du pays, une multitude de femmes et d’hommes qui blanchissent leur peau à partir de ces produits.  Sans se préoccuper  des effets cliniques qui en découlent, plusieurs s’adonnent aveuglement à cette pratique.  A la longue, cette utilisation crée des effets néfastes tels que : les maladies de la peau, le cancer, des plaques noires au niveau des yeux, …

Les raisons qui motivent cette démarche sont diverses.

Beaucoup de personnes s’identifient aux icônes des magazines de mode, aux modèles de produits cosmétiques.

De nombreuses femmes suivent le «mouvement » de leur entourage. Certaines personnes (hommes comme femmes) pensent qu’un teint plus clair leur ouvrira plus de portes, particulièrement dans le secteur professionnel.

Beaucoup de femmes sont convaincues qu’elles plaisent davantage aux hommes en éclaircissant leur peau.

Ce qui n’est pas totalement faux dans certaines communautés où au moins un tiers d’hommes affichent cette préférence pour les teints clairs. Certains encouragent leurs femmes à s’adonner à cette pratique car le « paraître » est leur principale préoccupation.

En vue d’uniformiser leur teint ou de gommer les tâches brunes disgracieuse : on souligne moins souvent ce souci. Et pourtant, de nombreuses femmes de couleur présentent des zones de différentes couleurs tant au niveau du corps (coudes, genoux et parfois fesses) qu’au niveau du visage.

Il faut savoir que les peaux très pigmentées particulièrement les peaux noires subissent facilement des micro-traumatismes et marques, des tâches brunes disgracieuses (marques de boutons, piqûres de moustique).

Fort malheureusement, l’on constate qu’une fois que ces personnes ont commencé, elles ont du mal à arrêter l’usage de ces produits pour plusieurs raisons. Celui ou celle qui tente d’arrêter se retrouveavec un teint plus foncé que son teint originel tous les effets secondaires peuvent se manifester en même temps si le changement n’est pas progressif. Certaines personnes finissent à l’hôpital. Sur le moment, elles disent qu’elles vont arrêter mais dès qu’elles se rétablissent, elles réutilisent les crèmes blanchissantes.

Selon un expert en dermatologie, la plupart des Congolais(es) se rabattent sur des produits bon marché, compte tenu de leurs faibles revenus.  Pourtant, la qualité de ces produits est souvent douteuse.

Selon lui, ces produits, qui n’ont pas la même composition et les mêmes effets que les produits originaux légaux, occupent malheureusement une place non négligeable dans les activités économiques. Et les conditions de leurs productions échappent au contrôle des autorités. Les utilisateurs se procurent ces produits sur les marchés où ils circulent sans aucun contrôle et sont proposés par des revendeurs dépourvus de toute compétence en la matière. Or,

ajoute-il, ces produits contiennent des composants détournés des circuits pharmaceutiques officiels, via divers réseaux parallèles, dont la composition complète est rarement précisée, et des préparations artisanales confectionnées sur place par mélanges, et comprenant plusieurs ingrédients dangereux (eau de javel, sels de mercure, etc.).

Pour cet expert, le vrai problème est que de nombreuses personnes recourent à ces produits sans consultation préalable d’un spécialiste, ce qui freine la prévention.

Attention aux produits avec l’étiquetage «sans hydroquinone»

         Il est fort dommage de constater que plusieurs produits cosmétiques avecmention «  sans hydroquinones »,  en contiennent réellement.

Compte tenu des tromperies sur l’étiquetage, il est conseillé d’avoir le bon réflexe pour identifier un produit nocif. Si le produit cause une dépigmentation importante, c’est qu’on est face à un produit nocif. Au contraire, si le produit se limite clarifier et uniformiser, il a des chances d’être sain à ce niveau.

Voici quelques composants dangereux dans les produits éclaircissants et les     dégâts qu’ils peuvent causer

Les composants ci-dessous sont souvent combinés dans un même produit

dit éclaircissant, afin d’en augmenter les effets dépigmentants sur la peau, ce qui conduit également à une étendue des dégâts plus importante.

– L’hydroquinone : benzine -1,4- diol ou paradiphénol. Une substance

très toxique pour le mélanocyte (cellule pigmentaire) ; car elle en réduit le nombre dans la peau et provoque des irritations. L’usage de produits contenant une forte concentration de cette subsistance provoque des troubles pigmentaires (tâches blanches sur la peau dues à l’irritation, l’eczéma, etc.). son absorption en grande quantité peut entraîner la mort.

–       Les  corticoïdes : leur  utilisation régulière favorise les mycoses  (maladies de la peau dues aux champignons). A la longue, la peau devient hypersensible. Pire nous confie une esthéticienne, les corticoïdes détruisent la mélamine, une protection naturelle contre les rayons du soleil.

–        Les rétinoïdes (composés chimiques dérivés de la vitamine A) : leur principal usage est le traitement contre l’acné rétentionnelle (kystes et comédons). Le danger de ces crèmes est qu’elles contiennent des substances qui traversent la barrière cutanée, ce qui peut entraîner d’autres complications telles qu’une sensibilité accrue aux infections (mycoses), à l’hypertension artérielle, des troubles visuels (glaucome, cataracte…) lorsque les crèmes sont appliquées sur le visage… et pire encore, le décès.

Malgré les conséquences et les mesures prises ailleurs sur l’utilisation des produits cosmétiques.

PersideDiawaku et

Myriam Iragi

LEAVE A REPLY

*