Processus électoral en RDC : la CENI doit publier le rapport final des experts internationaux

6
262

ceni - election des gouverneursLa Commission africaine pour la supervision des élections (CASE) vient de demander à la CENI de rendre public le rapport final d’évaluation du processus électoral en République Démocratique du Congo dans son intégralité, réalisé par la Mission officielle d’Experts des Nations Unies et de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). La Case l’a fait savoir dans un communiqué de presse rendu public hier mercredi 8 juin 2016.

Dans ce communiqué, le président Simaro Ngongo Mbayo, souligne qu’il est important que la population soit suffisamment informée sur l’état technique du processus électoral actuel, afin que toutes les parties prenantes fassent à leur tour une évaluation critique sur ce qui a été publié et ce qui se fait réellement sur le terrain. « Nous
interpellons fermement la CENI et son président pour qu’ils fassent preuve de transparence en mettant une copie originale de ce rapport à la disposition de toutes les parties prenantes, à savoir : la société civile, les partis politiques, la Cour constitutionnelle, le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication, les médias et les partenaires internationaux… », a-t-il indiqué tout en soulignant que cela relève du droit de l’opinion de connaître de manière suffisante le contenu de ce document afin d’en faciliter l’appropriation par
tous.

Il sied de noter qu’une équipe d’experts de l’OIF  avait mené l’année écoulée un audit externe du fichier électoral de la Commission électorale nationale indépendante. Lors de la conclusion finale, l’OIF avait révélé que ce fichier était stabilisé et consolidé, mais qu’il présentait quelques faiblesses qu’il fallait corriger urgemment.  « La
mission de l’OIF recommandait en effet d’entreprendre des réformes nécessaires permettant d’aboutir à un fichier électoral inclusif, intégrant les jeunes ayant atteint l’âge de 18 ans. Quelle que soit la réforme, il est urgent aujourd’hui que les nouveaux majeurs puissent être inscrits sur les listes électorales», avait indiqué le chef de délégation de l’OIF, Sika Sangare.

Ces jeunes sont estimés à environ 7 millions, selon la Mission de l’OIF, soit plus de 20 % du corps électoral congolais.

En dépit des efforts du dédoublage des électeurs, a indiqué ce général malien, ledit fichier contient énormément des failles notamment avec la présence des quatre cent cinquante mille doublons identifiés, des policiers et militaires enrôlés. A cela s’ajoutent 1,6 million d’électeurs décédés depuis 2011.

Ces conclusions faisaient suite à un audit  audit du fichier électoral de la RDC effectuée du 17 juillet au 1er août 2015.
Perside DIAWAKU

6 COMMENTS

Comments are closed.