Processus électoral : des femmes plaident pour une vraie parité

0
60

Goma 8 mars 2011 J Bompengo (3)Des membres du bureau de la  Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) ont reçu hier une délégation des femmes de la société civile impliquées dans le processus électoral au siège de cette institution. Reçue par le vice-président André Mpungwe Songo assisté par Mme Chantale Ngoy Tshite Wetshi, questeur et chargée de suivi du cadre de concertation « Genre et Election », la délégation était conduite par Fabiola Faida Mwangilwa.

La présence de ces femmes dans les murs de la Ceni a consisté à présenter les outils de la  Campagne dénommée « Rien Sans les Femmes ». Cette campagne vise principalement à plaider pour la révision de l’article 13 alinéa 4 de la loi électorale qui constitue un obstacle dans le calendrier publié le 12 février 2015 par la Ceni. Cependant, la campagne tient à conquérir une participation renforcée des femmes aux différents scrutins électoraux prévus dans le pays, face au multiple pesanteurs liées au contexte socioculturel dans les différentes provinces du pays où le régime patriarcal s’est érigé en norme de société principalement dans les milieux politiques.

A cet effet, pour soutenir leurs hypothèses, Fabiola Mwangilwa a martelé que cette campagne encourage les femmes à demander leur insertion pour avoir une représentation qualitative et quantitative dans les instances décisionnelles de notre pays. De son côté,  Mawazo, présidente du Cocus des femmes en province du Sud-Kivu a indiqué : « c’est la raison de cette campagne pour encourager les femmes en ce moment précis caractérisé par l’élaboration des listes des candidatures dans les différentes formations politiques. Cette campagne n’est pas contre le processus électoral en cours… Nous invitons la Ceni à tenir compte de la représentativité de la femme dans le recrutement en cours et dans la mise en place pour que les femmes se retrouvent qualitativement».

Le vice-président de la Ceni a fait l’initiative, en soulignant que la Ceni s’est toujours inscrite dans la logique de l’équilibre homme-femme par la prise en compte du Genre dans le processus électoral. Il a, en outre, souligné que ce programme  de la campagne « Rien Sans la Femme » peut réellement contribuer à la lutte contre toute sorte de discrimination envers la femme.

S’adressant à ses semblables, la chargée du Genre au sein de cette institution a fait une analyse simple, claire et succincte des défis et responsabilités auxquels la femme devra faire face au cours de l’actuel cycle électoral, où elle devra prendre en compte les facteurs endogènes et exogènes qui affectent la promotion de la femme depuis l’extérieur, afin de permettre aux femmes congolaises de relever les défis. Elle a terminé son adresse en  exhortant les femmes impliquées dans ladite campagne de mettre en place une stratégie qui permettra de trouver des pistes des solutions à ce problème, car, la femme est aussi un agent du développement.

Pour finir, les deux membres de la Ceni ont reçu à titre symbolique, les supports et insignes de la campagne en guise d’adhésion solennelle.

Dorcas NSOMUE