Processus électoral : CENI-MP-Opposition : menace d’incendie !

0
25

Au lieu de fléchir, la tension ne fait que monter entre la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), la Majorité Présidentielle et l’Opposition. Le désaccord est total entre ces trois principales parties prenantes au processus électoral au sujet des préalables à remplir pour obtenir, d’ici deux mois, des élections présidentielle et législatives nationales libres, démocratiques, transparentes et apaisées.

Depuis la clôture, il y a deux, des opérations de révision du fichier électoral, l’Opposition politique continue d’exiger l’audit du serveur central et du fichier électoral de la CENI, la publication des listes définitives des personnes réellement enrôlées, le répertoire des bureaux de vote et leurs adresses physiques, le monitoring du processus d’impression des bulletins de vote et la gestion commune des stocks excédentaires, la sécurité des candidats et des électeurs, l’arrêt de la campagne électorale anticipée, la libération des militants arrêtés au terme des répressions des manifestations pacifiques, la libération des prisonniers d’opinions, etc. Le carnet des préalables est très fourni mais ne semble pas du goût de la CENI, qui persiste à affirmer remplir correctement son travail de « pouvoir organisateur des élections ».

Cette institution d’appui à la démocratie déclare tantôt ne pas avoir d’ordre à recevoir de l’opposition, tantôt avoir satisfait à toutes les préoccupations en rapport avec la transparence du fichier électorale. S’agissant par exemple du serveur, elle soutient que son audit ne peut se faire sans la participation des délégués de la Majorité Présidentielle qui, pourtant, ne semblent pas pressés de « visiter » les logiciels de traitement des données électorales.

La transparence du fichier électoral, selon la CENI, ne souffre d’aucune zone d’ombre. De son point de vue, l’Opposition a formulé des accusations en rapport avec l’enrôlement présumé des mineurs, des militaires, des policiers, des doublons et sujets étrangers sans pour autant en apporter la preuve. Elle avait vivement contesté, à l’occasion, les documents portés à sa connaissance et représentant des mineurs enrôlés au Katanga. Par ailleurs, elle avait banalisé les cas des kits électoraux et cartes d’électeurs trouvés dans des maisons ou des bagages de son personnel, mis du reste aux arrêts et déférés en justice.
Lors d’un point de presse, le Rapporteur de la CENI a même souligné que l’audit du serveur ne constituait plus un problème, dès lors que techniquement, le comptage des bulletins de vote, après la clôture de différents scrutins, se ferait manuellement.

A propos de la campagne électorale précoce, elle a laissé entendre, aux dernières nouvelles, qu’elle allait mobiliser son propre personnel pour débarrasser les places et voies publiques de portraits, calicots, affiches et panneaux des candidats, dont la majorité appartiennent aux partis politiques au pouvoir. Pourtant, annoncée le lundi 19 septembre 2011, la décision de la CENI portant interdiction de la pré-campagne électorale reste sans effet.
De son côté, la Majorité Présidentielle déclare haut et fort ne pas être liées aux préalables de l’Opposition. De l’avis des membres de la famille politique du Chef de l’Etat, il n’y a rien à redire au sujet des opérations de révision du fichier électoral. Son refus de se plier à ce qu’elle considère comme des caprices de l’Opposition est catégorique. D’où du reste la politique de la chaise vide adoptée par ses représentations face aux invitations de la CENI à la première séance d’audit du serveur central et du fichier électoral.

Bien que saisie officiellement par cette institution pour retirer des places et voies publiques les signes de pré-campagne de ses candidats, la Majorité Présidentielle reste silencieuse, un silence que l’Opposition a tôt fait d’interpréter comme une « rébellion » vis-à-vis de la CENI.
Bref, les parties prenantes au processus électoral entretiennent des rapports conflictuels qui ont déjà donné lieu à certains dérapages, constatés en marge des manifestations de protestation de l’Opposition contre l’opacité du processus électoral. Destruction méchante des biens publics et privés, incendie et pillage des sièges du PPRD et de l’UDPS, arrestation des militants de l’opposition, blessés, morts d’hommes : tel est le bilan d’un environnement politique très vicié.

Décor d’une implosion générale

La menace d’incendie de la maison « Congo » semble se préciser. Inquiète de la montée des violences et de l’intolérance politique, l’Union Africaine vient de parrainer, à Addis-Abeba (26-27 septembre 2011) un forum consacré à la recherche des voies et moyens de garantir un processus électoral transparent et apaisé en République Démocratique du Congo. A cet effet, des délégués de la Majorité Présidentielle, de l’Opposition et de la Société Civile ont passé en revue leurs points de divergence et de convergence dans l’approche du processus électoral.
Plusieurs recommandations ont été faites pour permettre au pays de cheminer vers un atterrissage en douceur des élections. Il s’agit notamment de maintenir un dialogue permanent entre parties prenantes, de rechercher à chaque occasion un large et solide consensus autour des règles du jeu démocratique, de faire preuve de tolérance, de privilégier l’intérêt général, de tout faire pour éloigner le spectre de la guerre, etc.

Mais, à voir ce qui se passe sur le terrain, les protagonistes de la scène politique congolaise ne semblent pas progresser dans le sens de l’apaisement. Bien au contraire, ils multiplient des actes de nature à mettre le feu à la « maison commune ». D’où, face à la menace d’un cycle électoral qui arrive sous le signe de la violence, les observateurs en appellent à l’émergence d’un panel de sapeurs-pompiers au niveau l’Union Africaine, de l’Union Européenne et des Nations Unies. Leur implication sincère et neutre dans la gestion du processus électoral congolais, afin de permettre à la vérité des urnes d’éclater dans toute sa candeur, est fort attendue. Et, le plus tôt serait le mieux.

Kimp

LEAVE A REPLY

*