Processus électoral : le « CASC » en appelle à l’engagement de tous pour les élections du 23 décembre 2018

0
97

Ils ont choisi la date du 17 mai, décrétée fériée pour commémorer la fin du régime du maréchal Mobutu Sese Seko, pour s’exprimer sur l’évolution du processus électoral dans leur pays. Il s’agit des jeunes universitaires de Kinshasa réunis au sein du Collectif
d’Actions de la Société Civile, CASC. Cadre choisi : la cour de l’hôtel Invest de la RTNC.

Par la bouche de Magloire Nsiala, président national du mouvement
citoyen « On est fatigué » et porte-parole du Collectif d’Actions de
la Société Civile, les étudiants, membres du CASC, déclarent leur
attachement total au processus électoral en cours pour l’organisation
des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales
à la date du 23 décembre 2018, retenue dans le calendrier électoral
publié par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) pour
les scrutins.

Pour ce faire, le Casc invite tous les Congolais en général et
particulièrement les jeunes à s’impliquer fermement pour la réussite
de ce rendez-vous afin de doter le pays de nouvelles autorités issues
de la volonté populaire à travers les urnes.
Par ailleurs, les jeunes universitaires membres du Casc s’insurgent
contre toutes sortes de manipulations politiciennes dont ils sont
l’objet de la part des acteurs politiques. Ainsi, invitent-ils toute
la jeunesse à barrer la route à toutes pratiques politiciennes dont
elles sont victimes et le plus souvent sacrifiés par les auteurs
desdites pratiques. « Appelons les jeunes à dire non à toute
manipulation politicienne et étrangère, et appelons à la prise de
conscience patriotique élevée, afin de sauver le pays », lit-on dans
leur déclaration d’hier à l’hôtel Invest.
En rapport avec son appel lancé aux jeunes pour refuser la
manipulation, le Casc dit s’opposer aux méthodes du Comité Laïc de
Coordination (CLC). Car, pour ce collectif des mouvements citoyens des
jeunes, les méthodes du CLC font des morts inutilement.
A l’occasion, ils ont aussi invité les acteurs politiques à
privilégier le dialogue afin de garantir un climat de paix propice
pour la bonne tenue des élections en République démocratique du Congo.
« Appelons les acteurs politiques de la majorité et ceux de
l’opposition à un sens élevé de responsabilité visant à promouvoir un
discours de paix pendant et après la période électorale, car nous
n’avons qu’une seule nation qui est la RD Congo, terre de Lumumba ».
Le Collectif d’Actions de la Société Civile chute, dans sa
déclaration, par formuler un certain nombre de recommandations à la
Ceni, au gouvernement et à la jeunesse.
A la Commission électorale nationale indépendante, le Casc demande de
privilégier le dialogue avec toutes les parties prenantes au processus
électoral, afin de garantir un climat de paix tout au long du
processus.

Au gouvernement, de mettre à la disposition de la Ceni tous les
moyens nécessaires pour l’organisation et la réussite du processus
électoral, et de privilégier l’apaisement en poursuivant les mesures
de décrispation politique.
A la communauté internationale, de soutenir sincèrement le processus
électoral et privilégier le chemin de la paix.
Enfin, aux jeunes de demeurer vigilants face aux manipulations
politiciennes et participer activement au processus électoral en cours
en vue du renouvellement de la classe politique.
Dom