Processus électoral : AETA forme les formateurs de ses observateurs

0
66

«Le processus électoral en cours est caractérisé par de sérieux et profonds facteurs défavorisants, des facteurs nature technico-opérationnelle, des facteurs logistiques, politiques, socio-culturels et psychologiques. Je pourrais noter, comme tout le
monde le sait, le déficit de confiance et de consensus, des suspicions, des frustrations et des tensions. Il faut le noter, notre processus électoral est exposé au chaos et même à de sérieuses crises post-électorales qui s’avèreraient imminentes. Il importe que nous
puissions  nous engager dans un travail sincère, sérieux et de qualité… ».

Ces propos sont du Secrétaire général de l’AETA (Agir pour des Elections Transparentes et Apaisées), Gerard Bisambu, lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier national de formation des formateurs des observateurs électoraux, hier mardi 6 novembre 2018  au
Centre Catholique Liloba, situé dans la commune de Lemba. Les travaux vont se tenir pendant 72 heures.

Intervenant dans le même cadre, Jérôme Bonso, Secrétaire permanant de
l’AETA, a souligné que cette formation est organisée au profit des
formateurs venus de toutes les provinces de la RDC, en prélude aux
élections présidentielle, législatives nationales et provinciales
prévues le 23 décembre 2018. Le but visé est de les amener afin de
remplir correctement leur mission de surveillance des scrutins.
Il a, en outre, souligné que cet atelier constitue la phase la plus
importante de la contribution de cette  plate-forme de la Société
civile dans l’accompagnement du processus électoral, étant donné que
les participants seront outillés pour faire face à la tricherie et à
la fraude, bien que l’on utilise ‘’la machine à voter’’.

Voici les thématiques

Venus de toutes les provinces de la République Démocratique du Congo,
les formateurs des observateurs suivront des notions essentiellement
axées sur :  les états des lieux du processus électoral (contexte et
enjeux de l’heure) ; l’observation par phase du cycle électoral et des
activités y afférentes ; droits et devoirs de l’observateur ;
gouvernance électorale au niveau national et provincial (financement
des élections, activités des partis politiques et machine à voter) ;
monitoring et supervision du monitoring de l’environnement électoral ;
techniques et aspects du monitoring électoral (droits de l’homme,
droits de la femme et sécurité liée aux élections, surtout lors de la
campagne électorale) ; fraude électorale, mécanisme de la machine à
voter et des opérations de compilations des résultats ; etc.
Deux orateurs ont bouclé leurs communications par des félicitations
en direction des membres de l’AETA pour le travail abattu depuis
plusieurs années malgré les menaces et les arrestations. Bref, depuis
plusieurs années, ces derniers ont fait preuve de détermination et
d’abnégation afin d’apporter des changements dans la gouvernance du
pays.

Dorcas NSOMUE