Procès Chebeya : le Collectif des ONG de défense des droits de l’homme pense à un Tribunal spécial

0
27

Dans le cadre des cérémonies commémoratives du premier anniversaire de l’ignoble assassinat de Floribert Chebeya Bahizire et Fidèle Bazana Edadi, respectivement directeur exécutif et membre effectif de la Voix des Sans-Voix pour les droits de l’homme (VSV), le Collectif des ONG de défense des droits de l’homme de la RD Congo a organisé vendredi 03 juin 2011, au siège de l’ONG Amis de Nelson Mandela pour les droits de l’homme (ANMDH), à Matonge, dans la commune de Kalamu, un point de presse.A cette occasion, il a donné sa position officielle sur le procès de ces deux grands défenseurs des droits de l’homme, dont le verdict est attendu pour le 16 du mois en cours.

En effet, pour le Collectif, la justice congolaise aurait du mal à sanctionner certaines personnes ayant une grande influence au regard du régime en place. Bien plus, elle aurait été instruite de veiller à ne pas incriminer l’Etat congolais dans ces actes posés consciemment par ses préposés en pleine fonction.
Le Collectif craint en outre, que même si les peines des suspects gardés en prison et ceux en cavale seront lourdes, leurs lieux de détention ne soient pas connus, sous prétexte d’être gardés dans des endroits à très haute sécurité. Question de les soustraire de la justice pour les envoyer s’installer avec leurs familles respectives à l’étranger.

Eu égard à ce qui précède, le Collectif des ONG de défense des droits de l’homme recommande au Président de la République, en tant que première institution de la RD Congo, de prendre toutes ses responsabilités pour que les « intouchables soient touchables » ; de permettre que la justice congolaise fasse son travail en toute sécurité ou pour des raisons de transparence ; d’ordonner au ministre de l’Intérieur de mettre de l’ordre dans la Police congolaise et autres  services spécialisés ou secrets de l’Etat.
Il exhorte, par ailleurs, la communauté internationale à assister les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes Congolais pour relever le défi contre l’impunité en RD Congo.

Il appelle, enfin, les défenseurs des droits de l’homme à ne pas se laisser intimider par des discours des porte-paroles des pays ennemis de la démocratie et des droits de l’homme ; à se mobiliser pour que le verdict tant attendu ce 16 juin 2011 soit prononcé en toute indépendance, et les condamnés surveillés, afin qu’ils ne soient pas délocalisés pour des destinations difficilement accessibles.
En cas de parodie de procès, le Collectif envisage des manifestations de protestation pour amener le gouvernement à accepter l’institution d’un Tribunal spécial sur l’assassinat des journalistes et défenseurs des droits de l’homme.

Michel  LUKA

LEAVE A REPLY

*