Prisons centrale de Makala : gardiens et détenus en insécurité

0
66

Une situation bien bizarre est signalée à la Prison Centrale de Makala. Il s’agit du climat d’insécurité dans lequel baignent, depuis plusieurs semaines, les fonctionnaires chargés de la surveillance des détenus. Quant à ceux-ci, ils ne sont pas logés à une meilleure enseigne. En effet, un terrible désordre s’est installé dans ce centre pénitencier depuis la mise sur pied d’une structure inconnue des textes légaux régissant l’administration pénitencière congolaise. Créée avec la bénédiction du Directeur de cette prison, le nommé Dido, et baptisée « Groupe d’Encadrement », elle est chargée du maintien de l’ordre et de la sécurité au sein de différents pavillons abritant les prisonniers.

Mais, contrairement à sa mission, le Groupe d’Encadrement, dont le « patron » autoproclamé s’appelle Katende, s’est mué en un groupe de répression non seulement pour les pensionnaires de la Prison Centrale de Makala, mais aussi pour les membres de son administration. Il suffit que la tête d’un fonctionnaire ou d’un détenu ne plaise pas au sieur Katende pour qu’il envoie  un commando se saisir de lui et le soumettre à un traitement inhumain et dégradant.

A ce jour, de nombreux détenus appartenant à toutes les catégories hommes d’affaires, politiciens, mandataires publics, ministres de Dieu, professeurs, étudiants ont déjà été humiliés par la bande à Katende. En dépit d’une décision d’un ancien ministre de la Justice, à qui étaient parvenus les échos des abus de Katende, cet officier des FARDC condamné à une lourde peine d’emprisonnement, de voir le précité être transféré à la Prison militaire de Ndolo, il continue à semer la terreur à Makala.

Neutralisée et complètement réduite à sa plus simple expression, l’équipe de surveillance de la Prison Centrale de Makala ne sait à quel saint se vouer. Dans un mémo rédigé par l’un des fonctionnaires de ce centre pénitencier et adressé en son temps au Directeur de cabinet du ministre de la Justice, une intervention urgente de la tutelle était souhaitée pour mettre un terme à l’anarchie qui ont élu domicile à la Prison Centrale de Makala.
On lit, dans ce document, qu’hormis la marginalisation de l’équipe de surveillance et la chasse aux sorcières déclenchée par le commando de Katende, la Prison Centrale de Makala est devenue un haut lieu de prostitution, où des putains venant de l’extérieur sont régulièrement invitées par des détenus fortunés.

Kimp

LEAVE A REPLY

*