Prison militaire de Ndolo : Denis Lessie et consorts, verdict aujourd’hui

0
100

Zemanta Related Posts ThumbnailC’est aujourd’hui mardi 17 septembre 2013 que la Cour de Garnison Militaire de Gombe va rendre le verdict dans l’affaire qui oppose le ministre honoraire du Budget Jean-Baptiste Ntawha, au prévenu Denis Lessie et ses complices à savoir, Kasongo wa Ngoy et Thierry Okunhimo. En fait, l’opinion publique sera fixée sur le sort réservé au chef spirituel de l’église de réveil « Arche de Noé » et ses complices qui sont tous poursuivis par le ministère public pour escroquerie, association des malfaiteurs et incitation des militaires à commettre un acte contraire à la loi.

 On rappelle que le prévenu Denis Lessie qui s’était fait passer pour le conseiller spirituel du chef de l’Etat est aux arrêts depuis le mois d’avril. Il est poursuivi pour avoir fait usage de fausses qualités dans le but de soustraire des sommes d’argent et des véhicules à son homologue pasteur Jean-Baptiste Ntahwa. Et au cours de cette opération, il s’était associé à ses complices sus indiqués dont l’un s’était  présenté comme le jeune frère du chef de l’Etat Kasongo wa Ngoy, lui, s’était présenté comme capitaine de l’armée pour mieux escroquer l’ancien ministre du Budget.

Cette bande d’escrocs avait fait croire à Ntahwa qu’elle allait faciliter son retour au gouvernement et régler un prétendu litige qui aurait existé entre lui et la sœur Jumelle du chef de l’Etat, Jaynet Kabila. C’est après avoir compris ce jeu que la victime Ntawha avait porté plainte à l’ANR en demandant la réparation à l’amiable et la restitution de toutes les sommes d’argent et des biens obtenus par les prévenus.

La deuxième partie civile dans la présente cause se nomme Drolia Omedal, victime d’escroquerie d’un véhicule occasionnée par Denis Lessie. Elle ne cesse de demander la restitution de son véhicule au tribunal parce qu’elle estime qu’elle l’a obtenu conformément à la loi. Dans l’impossible, elle sollicite du tribunal la désignation  d’un garage approprié de son choix  pour assurer l’entretien et la maintenance de son véhicule jusqu’à ce que le sort des prévenus soit connu.

Au cours des audiences passées, l’expert de la société de téléphonie mobile Vodacom Congo avait déposé au tribunal le rapport contenant les différents appels et SMS que les prévenus échangeaient avec la partie civile Ntawha.

Les avocats de la défense avaient de leur côté soutenu que la documentation mise à la disposition du tribunal par Vodacom était fausse parce que ces SMS étaient fabriqués par Ntahwa lui-même. Et leurs clients ne reconnaissent pas ces textos ni les numéros cités. Les mêmes avocats avaient fait savoir au tribunal que la partie civile Ntahwa n’a jamais présenté les preuves matérielles de ses accusations. Mais le ministère public dans son réquisitoire rendu sur le banc au cours de l’audience publique du 3 septembre 2013 avait demandé au tribunal de condamner le prévenu Lessie et ses co-accusés à perpétuité.

Murka

LEAVE A REPLY

*