Primature : le Rassemblement choisit Félix Tshisekedi

0
598
Félix TshisekediComme annoncé dans nos dernières livraisons, la délégation du Rassemblement composée de Christophe Lutundula (G7), Olivier Kamitatu (G7), Martin Fayulu ( Dynamique de l’Opposition), Delly Sessanga (Alternance pour la République) et Jean-Pierre Lisanga Bonganga est rentrée hier jeudi 16 février 2017 au Centre Interdiocésain, en vue de transmettre aux Evêques Catholiques ses propositions en rapport avec le choix du Premier ministre du futur gouvernement de large union nationale et la présidence de son Conseil des Sages, dont le leader serait de droit président du Conseil National de Suivi de la Transition.
 
S’agissant de la Primature, cette méga plate-forme a décidé de respecter la dernière volonté d’Etienne Tshisekedi. Selon des indiscrétions parvenues aux médias, c’est le nom de Félix Tshisekedi qui a été déposé au bureau de la CENCO (Conférence Episcopale Nationale du Congo), tel que consigné dans la lettre que le défunt aurait transmise à cette dernière avant d’effectuer son voyage sans retour vers la Belgique.
          « Le testament politique d’Etienne Tshisekedi n’est pas négociation », a martelé un membre du Rassemblement, en guise d’avertissement à la Majorité Présidentielle, qui continue de réclamer une liste de trois candidats pour le poste de Premier ministre, sous prétexte de faire respecter le pouvoir discrétionnaire du Chef de l’Etat.
          En ce qui concerne la succession d’Etienne Tshisekedi à la tête du Conseil des Sages du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement, les délégués de cette méga plate-forme ont sollicité un nouveau délai de réflexion de 48 heures. En principe, ils devraient se présenter ce samedi 18 février 2017 au Centre Interdiocésain avec le nom du nouveau président de leur famille politique, qui devrait ipso facto piloter le Conseil National de Suivi de l’Accord du 31 décembre 2016.
          Selon des sources proches du dossier, le poste devrait revenir à un représentant du G7, en raison du fait que ce regroupement politique occupait déjà la vice-présidence du Rassemblement du vivant d’Etienne Tshisekedi, à travers la personne du regretté Charles Mwando Nsimba. Compte tenu de la cession unanime de la Primature à un représentant de l’UDPS, la logique voudrait que le G7 prenne le leadership de la structure.
          Deux personnalités sont même citées pour la succession, à savoir Pierre Lumbi, président intérimaire du G7, et Moïse Katumbi, candidat déclaré de ce regroupement politique à la présidentielle. Mais en raison des ennuis judiciaires du second cité, l’on pense que Pierre Lumbi part favori.
          En tous les cas, rien n’est encore acquis, d’autant qu’il faudra que les propositions du Rassemblement soient formellement entérinées par la Majorité Présidentielle, sa principale « rivale » dans la course au pouvoir pour la gestion de la période de transition.
Eric Wemba