Primature : le G7 soutient le candidat de l’UDPS

0
190
Leaders G716 février 1992-16 février 2016 : cela fait 25 ans que des chrétiens étaient descendus dans les rues de Kinshasa pour réclamer la réouverture des travaux de la Conférence Nationale Souveraine.
Pour marquer d’une pierre blanche, le 25me anniversaire de cette marche pacifique violemment réprimée par le régime du Maréchal Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Za Banga, le G7 a organisé une matinée politique hier mercredi 16 février 2017 à la paroisse Sainte Anne, dans la commune de la Gombe.
Ce regroupement politique a fait le constat amer selon lequel 25 ans après, peu des choses ont changé dans l’ex-Zaïre. Le G7 a profité de la même circonstance pour rendre un vibrant hommage au président du Conseil des Sages du Rassemblement, Etienne Tshisekedi, disparu brutalement au moment où son combat pour le rétablissement de l’Etat de droit en RDC et l’alternance démocratique au sommet de l’Etat allait donner ses premiers fruits, notamment à travers l’Accord du 31 décembre 2016.
Livrant son témoignage sur le cursus politique du défunt président de l’UDPS, Pierre Lumbi, ancien ministre du gouvernement Tshisekedi issu de la Conférence Nationale Souveraine, a fait l’éloge d’un combattant de la liberté et de la démocratie qui a consacré sa vie à la lutte pour le bonheur de son peuple.
Aussitôt après cet émouvant témoignage, un autre sociétaire du G7, Christophe Lutundula, a fait la restitution des pourparlers du Centre Interdiocésain, suivie d’un débat houleux.
            Cette matinée politique a été sanctionnée par une déclaration politique du G7 lue par Olivier Kamitatu. Dans celle-ci, le G7 a réaffirmé son soutien à l’UDPS pour occuper la Primature et salué le choix du Rassemblement porté sur la personne de Félix Tshisekedi.
            Le G7 a également exigé la mise en œuvre sans délai de l’Accord de la Saint Sylvestre, la cessation des actes de harcèlement des opposants, dont Moïse Katumbi, son candidat déclaré à la présidentielle, etc.
                                                                                                                                                EW       
    
DÉCLARATION POLITIQUE DU G7
            A l’occasion du 25ème anniversaire de la marche des Chrétiens du 16 février au cours de laquelle plus de 250 personnes payèrent de leur vie, leur engagement en faveur de la Liberté, de la Démocratie et de l’émergence d’un Congo nouveau, le G7 a organisé une matinée politique pour rendre hommage aux martyrs de la dictature. A la même occasion, placé sous le choc de la disparition brutale du Président Etienne Tshisekedi, le père de la Démocratie congolaise, président du Conseil des Sages du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au Changement, le G7 a tenu à lui rendre un vibrant hommage.
            A cette occasion, les participants ont fait le constat amer suivant, 2.5 ans après peu de choses ont changé:
– Au regard de la dégradation constante des conditions socio-économiques qui se traduit par la reprise de l’inflation, l’augmentation des prix de denrées de première nécessité, le dérapage du taux de change, la fermeture de nombreuses entreprises et la mise au chômage de milliers de travailleurs jetant autant de familles dans une pauvreté absolue; – Devant la résurgence de l’insécurité et de la violence à travers I’ensemble du pays caractérisée par des massacres récurrents dans le territoire de Beni, la montée de I’extrémisme dans le Kongo Central et dans le Kasaï où les combats ont conduit à des centaines de morts, l’instrumentalisation des affrontements meurtriers entre pygmées et bantous dans le Tanganyika, la répression aveugle dans la Mongala, et même des tueries dans la capitale;
– Face à l’illégitimité générale dans laquelle se trouvent depuis le 19 décembre 2016 à minuit le Président de la République et bientôt l’ensemble des élus du pays; Confronté à I’épineuse question de l’avenir du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement à la suite de la disparition du Président de son Conseil des Sages; Devant les atermoiements du pouvoir à finaliser l’Arrangement particulier de l’Accord Global et Inclusif signé en date du 31 décembre dernier sous la médiation de la CENCO en vue de la mise en oeuvre dudit Accord.
 
Le G7 fait la déclaration suivante:
 
            En ce qui concerne la situation des droits et libertés, le G7 appelle le pouvoir à mettre un terme au harcèlement des opposants, à garantir les droits et libertés fondamentaux de tous les Congolais et à mettre en oeuvre les dispositions de l’Accord du 31 décembre 2016 qui préconisent la libération de tous les détenus politiques et d’opinion, le retour de tous les exilés politiques particulièrement Mr. Moïse Katumbi Chapwe, son candidat à la Présidence de la République. Le G7 tient responsable le pouvoir de toutes les manoeuvres visant à ne pas souscrire aux engagements signés sous la médiation de la CENCO.
            En ce qui concerne la crise politique et institutionnelle qui frappe notre pays, le G7 rappelle que l’accord signé le 31 décembre dernier constitue aujourd’hui la seule source de légitimité des acteurs appelés à organiser la gestion de la transition en vue de la tenue des élections au plus tard le 31 décembre 2017. Aussi, le G7 invite-t-il tous les acteurs politiques à ne pas remettre en cause les dispositions de l’Accord aux fins de continuer à échapper indéfiniment à la sanction du souverain primaire à qui revient le droit de choisir librement ses dirigeants,
            En ce qui concerne l’Accord Global et Inclusif du 31 décembre 2016, le G7 souscrit à sa mise en oeuvre dans les meilleurs délais. Tout en exprimant sa profonde gratitude au travail de médiation abattu par la CENCO, le G7 soutient sans réserve le choix du Premier Ministre par le Rassemblement présenté par le Président Etienne Tshisekedi. Il exhorte les Evêques à transmettre ce choix au Président de la République afin de sortir le pays de l’impasse politique.
            En ce qui concerne la situation sécuritaire, le G7 condamne l’utilisation’ disproportionnée de la force par le pouvoir qui conduit aux massacres de dizaines de Congolais à travers le pays ainsi qu’à de nombreuses exécutions extra-judiciaires. Le G7 dénonce le recours à la violence à des fins personnelles de conservation de pouvoir. Il exige une enquête internationale afin de dégager toutes les responsabilités sur ces massacres.
            En ce qui concerne le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement, le G7 appelle l’opposition politique à la cohésion et à l’unité sans faille afin de satisfaire aux aspirations de notre, peuple. Aussi, le G7 renouvelle-t-il sa position quant à la primature qui doit revenir à l’UDPS, compte tenu de son poids politique. Mais pour ce qui est de la présidence du Rassemblement, au regard des principes d’équilibre, de cohésion et d’unité, le G7 considère que ladite présidence doit revenir à une autre composante politique;
Enfin, le G7 demande au peuple de ne pas perdre courage ni espoir!
            25 ans après, face à la résurgence de la dictature, la passivité et la distraction ne doivent plus être de mise, Autant les Forces Vives de la Nation s’étaient mobilisées comme un seul homme en 1992 pour la réouverture des travaux de la CNS, autant aujourd’hui les Congolais doivent se mobiliser pour exiger l’application intégrale et sans délai de l’Accord de la Saint Sylvestre.
Fait à Kinshasa, le 16/02/2017