Prévision du Budget 2014 : la CERJI exige 10% pour l’agriculture

0
24

Vine,_vineyard,_Riesling,_Germany,_organic_agriculturePendant 48 heures, des membres de la société civile et des organisations paysannes ont réfléchi sur l’état de l’agriculture en République Démocratique du Congo. Ils ont examiné notamment les stratégies et modalités à mettre en place pour mener un lobbying très fort auprès des décideurs pour qu’ils consacrent au moins les 10% du budget national à ce secteur.

Tenu en la salle des conférences de la paroisse du Sacré-Cœur de la Gombe, cet atelier a pris fin hier mardi 29 octobre. La cérémonie de clôture était présidée par Hubert Ali Ramazani, Secrétaire général au ministère de l’Agriculture, Pêche et Elevage.

Organisé par le Centre d’Echanges pour des Réformes Juridiques et Institutionnelles à l’intention de la société civile et des organisations paysannes, ses assises avaient  plusieurs objectifs à atteindre notamment :

-renforcer les capacités des participants sur les méthodes et techniques de monitoring du budget national ;

-contribuer à la vulgarisation du « Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture Africaine » (PDDAA), en portant une attention particulière sur l’importance d’un investissement budgétaire conformément au Protocole de Maputo signé par les chefs d’Etats africains en 2009 ;

-informer les participants sur l’existence du Noyau du Réseau Fanrpan (Réseau d’Analyse des Politiques Alimentaires, Agricoles relatives aux Ressources Naturelles dans le sol congolais), etc.

Maitre Charles M.Mushizi  a souligné que le Réseau d’Analyse des Politiques Alimentaires, Agricoles et relatives aux Ressources Naturelles (FANRPAN) est une structure qui tient à renforcer ses actions et son partenariat avec toutes les parties prenantes dans le domaine de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage, à travers des recommandations bien formulées.

 Recommandations

Au ministère de l’Agriculture : proposer un budget conséquent par rapport aux enjeux actuels ;

Aux ministères des Finances et Budget : améliorer le circuit et le processus d’obtention des financements ; intégrer les organisations impliquées ; mobiliser les ressources financières pour respecter le protocole de Maputo; associer les organisations paysannes à l’élaboration du budget dudit secteur ; entretenir les routes de dessertes agricoles ; etc.

Au parlement : revoir les articles 16 et 82 de la Loi Agricole au cours de cette session ; prendre conscience de l’importance et réserver 10% du budget à l’agriculture ; etc.

A la société civile et aux organisations paysannes : s’approprier le processus de lobbying en organisant des plaidoyers en faveur de l’agriculture ; vulgariser la loi agricole et la loi foncière ; revaloriser l’expertise locale ; redéfinir la vision du noyau Fanrpan ; etc.

Il faudrait noter qu’après ces travaux, le groupe va déposer un mémo reprenant toutes les recommandations au bureau de la chambre basse du Parlement.

Dorcas NSOMUE 

LEAVE A REPLY

*