Prêtres de Butembo et kivutiens pris en otage. : les évêques congolais très inquiets

0
38

L’épiscopat congolais est sérieusement préoccupé par le sort de 3 prêtres assomptionnistes de la paroisse Notre Dame des Pauvres de Mbau  enlevés par des ravisseurs le 19 octobre 2012. 

 Les Pères Jean-Pierre Ndulani, Anselme Wasikundi et Edmond Bamutupe sont du diocèse de Butembo- Beni au Nord Kivu.

            La Conférence Episcopale du Congo «  Cenco » rappelle avoir lancé un  appel au bon sens  aux ravisseurs 4 jours après l’enlèvement des prêtres cités mais ces derniers n’ont pas encore été relâchés.

            Les évêques congolais ont recensé jusqu’ici plus de 150 cas d’autres personnes, entre autres des femmes et des enfants,   également détenues par des ravisseurs.

            «Ces enlèvements choquent d’autant plus que la prise d’otages ne fait pas partie de nos habitudes », font-ils  observer.

            Les cas de 3 Pères assomptionnistes et d’autres compatriotes pris en otage au Kivu ont été évoqués au cours de la 50ème  assemblée plénière de la Cenco qui vient de se tenir à Kinshasa du 24 au 28 juin 2013. Des copies reprenant l’appel de la Cenco pour la libération de tous les otages ont été remises aux médias le samedi 29 juin 2013 au Centre-interdiocésain à Gombe.

             Il est souligné dans ce document que le cardinal, archevêques et évêques ayant pris part à ces assises  expriment  leur proximité spirituelle avec la Congrégation des Assomptionnistes et familles des otages.   Condamnent ces actes infâmes et déplorent  le silence des personnes et structures censées protéger la population et ses biens.

Tout en réitérant leur  appel aux ravisseurs pour qu’ils libèrent leurs otages, les évêques congolais demandent au gouvernement congolais de constituer un comité de crise pour gérer la question des prêtres et citoyens  congolais enlevés au Kivu.

            Ils estiment qu’au regard des moyens dont dispose la Monusco, cette structure de l’Onu est en mesure de contribuer à la libération des personnes enlevées. Entre temps, ils invitent les personnes détenant des informations sur les otages  d’en faire part aux autorités politiques, coutumières et religieuses. Enfin, il est demandé aux fidèles catholiques de prier ardemment pour la libération des compatriotes enlevés.

Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*