Presse congolaise : un nouveau : « Congo Emergent »

0
51

 La Presse congolaise  vient de s’enrichir d’un nouveau titre à travers la publication du numéro « 0 » du magazine : « Congo Emergent ». A l’occasion de sa sortie officielle et de son baptême par le directeur de cabinet du ministre de la Communication et Médias, un dîner de Presse a été offert aux invités le samedi 14 août 2010, à l’Hôtel Faden House, dans la commune de la Gombe. Prenant la parole à cette occasion, le Représentant du ministre de la Communication et Médias s’est réjoui que «Congo Emergent» vienne concrétiser le dynamisme de la presse congolaise et invité ses responsables à davantage de responsabilités dans la diffusion de l’information ; car une information juste et équilibrée contribue à l’épanouissement de la démocratie. Et il ne doute pas qu’il en soit ainsi, car, remarque-t-il, les journalises de ce magazine ont été recrutés sur la base de leur compétence.

          Auparavant, Daddy Mbevo, président-directeur-général du «Congo Emergent» a remercié tous les invités qui se sont dérangés pour assister au lancement officiel du nouveau-né de l’espace  médiatique congolais, au lendemain du cinquantenaire. Sa décision de quitter la diaspora pour revenir au pays et s’installer définitivement est lui une preuve de sa volonté d’apporter sa pierre à la reconstruction nationale et aux cinq chantiers de la République. Ainsi il a défini son magazine comme un rêve,  une vision, un esprit, une mission mais aussi un défi des émergents.

            A la suite du Pdg de Congo Emergent, son directeur de publication a présenté les principales rubriques de ce bimestriel d’informations générales de 76 pages, imprimé en quadrichromie.

          La présidente de l’Union Nationale de la Presse Congolaise, Chantal Kanyimbo, s’est aussi exprimée pour constater que la liberté d’opinion, dans notre pays, est chose acquise. Elle s’est félicitée de cette naissance au sein de la presse congolaise et de la volonté de qualité affichée par le Pdg du «Congo Emergent». Toutefois elle a noté que la qualité des informations livrées dépendait des conditions socio-professionnelles des journalistes : ce sont des responsables qui ont besoin d’être sécurisés. Elle a demandé  au directeur de publication un effort particulier pour veiller aux règles de déontologie et de l’éthique professionnelle. 

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*