Présidentielle en RDC : le Conseil de sécurité exige le respect de la date du  23 décembre 2018

0
228

Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont pris note mardi de la publication par la Commission électorale nationale indépendante de la République démocratique du Congo (RDC) du calendrier électoral pour les élections présidentielle, législatives et provinciales qui se dérouleront le 23 décembre 2018.

Dans une déclaration à la presse, ils ont rappelé que le Conseil de sécurité, avec l’Union africaine, a demandé à plusieurs reprises la publication en temps voulu d’un calendrier électoral crédible et consensuel, conformément à l’Accord politique du 31 décembre 2016.

Maintenant que le 23 décembre 2018 a été fixé comme date des élections, les membres du Conseil de sécurité ont souligné « l’importance cruciale de veiller à ce que les élections ne soient pas reportées une nouvelle fois ».

Le Conseil de sécurité estime qu’un « cycle électoral pacifique et
crédible » est crucial pour la paix et une stabilité durables en RDC.
Il a appelé les autorités congolaises et toutes les institutions
concernées à prendre sans tarder toutes les mesures nécessaires pour
que le nouveau calendrier soit scrupuleusement respecté, y compris la
publication d’un budget crédible pour les élections.
Les membres du Conseil ont également souligné la nécessité de tout
faire pour que les élections prévues soient organisées dans « les
conditions requises de transparence, de crédibilité et d’inclusivité,
et conduisent à un transfert pacifique du pouvoir ». Ils ont réaffirmé
qu’une mise en œuvre efficace et rapide de l’Accord du 31 décembre
2016 est essentielle pour un processus électoral crédible, la paix et
la stabilité de la RDC, ainsi que pour soutenir la légitimité des
institutions de transition.
Ils ont rappelé l’importance de prendre des mesures urgentes pour
restaurer la confiance entre les acteurs impliqués et désamorcer les
tensions politiques. Ils ont noté en particulier la nécessité de
progresser immédiatement dans la libération des prisonniers politiques
et le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Les
membres du Conseil de sécurité se sont félicités de l’offre faite par
l’Union africaine, l’Organisation internationale de la Francophonie,
la Communauté de développement de l’Afrique australe et l’Union
européenne de mettre en place une équipe coordonnée d’experts pour la
préparation des élections, notamment pour assurer la participation
pleine et égale des femmes.
Le Conseil de sécurité a réitéré son appel à tous les Congolais pour
qu’ils œuvrent à la préservation des acquis encore fragiles sur la
voie de la paix et de la stabilité. Il a aussi appelé tous les partis
politiques, leurs partisans et les autres acteurs politiques à rester
calmes et à s’abstenir de toute forme de violence.