Présidentielle de décembre 2018 : Matungulu promet un nouveau Congo

0
113

La canicule d’hier mardi 7 août 2018 n’a pas empêché les sympathisants des partis dont les autorités morales  briguent la magistrature suprême d’envahir la place de la Gare en fin de matinée pour les soutenir moralement. Vêtus aux couleurs de leurs partis, ces militants
ne manifestaient pas des signes de fatigue, attendant patiemment la venue de leurs leaders. Désigné  par des militants et cadres de la plate-forme électorale dénommée Synergie Electorale Notre Congo « SYENCO »  à la fin du mois passé pour concourir à l’élection présidentielle du 23  décembre  2018, Freddy Matungulu a formalisé cet
acte hier mardi 7 août 2018 en début d’après-midi. Arrivé à la CENI en fin de matinée, ce présidentiable et une poignée de ses fidèles lieutenants se sont dirigés vers les bureaux de ladite institution pour remplir les formalités d’usage et échanger avec les ténors de la
CENI.  C’est peu après 15 heures que l’animateur principal de SYENCO
et de Congo na Biso « CNB » a quitté le siège de la CENI pour saluer
les cadres et militants de la plate-forme et parti politique évoqués
ci-haut rassemblés à la Gare. Ce devoir accompli, Matungulu s’est
rendu immédiatement au siège de CNB mais aussi de SYENCO à Limete.
Approché par des journalistes qui n’avaient pas pu l’interviewer peu
après le dépôt de sa candidature pour leur dire ce que les Congolais
peuvent attendre de lui s’il triomphe à l’élection présidentielle de
décembre 2018, Matungulu a répondu  qu’il était conscient du calvaire
qu’endurent  les populations de Beni, du Kasai et d’autres coins du
pays. Et d’ajouter que le geste qu’il venait de poser est un acte de
civisme.  Se rappelant son passé d’étudiant, il a reconnu avoir étudié
aux frais de l’Etat congolais. Et lui Matungulu a le devoir moral de
faire bénéficier à la population congolaise ce que  les Congolais
attendent de lui s’il est élu à la tête du pays.  Il a fait savoir
aussi qu’une fois élu, il va se mettre immédiatement au travail pour
trouver des solutions aux nombreux problèmes qui se posent dans notre
pays.
Prié de dire s’il tient toujours à l’idée d’une candidature commune de
l’opposition alors que les ténors de cette famille ont l’habitude de
concourir en ordre dispersé,  l’intéressé a répondu par l’affirmative,
précisant que  c’est un sujet important et que lui et ses pairs de
l’opposition travaillent sur ce point depuis plusieurs mois. Il a
révélé avoir abordé ce problème avec Jean-Pierre Bemba. Il a émis le
vœu de voir les têtes couronnées de l’opposition accélérer la
finalisation de ce dossier pour qu’on arrive à un aboutissement
heureux de ce processus .
Jean- Pierre Nkutu