Présidentielle 2011 : l’UDPS persiste et signe : Tshisekedi a gagné !

0
45

Réconfortée par les rapports des missions nationales et internationales d’observation électorale tels que celles du Centre Carter, l’ASADHO, la CENCO, l’archidiocèse de Kinshasa et de l’Union européenne qui ont relevé le manque de transparence dans les résultats publiés par le président de la CENI, le pasteur Ngoyi Mulunda, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) vient de saisir la balle au bond pour réaffirmer la victoire de son candidat, Etienne Tshisekedi, à la présidentielle du 28 novembre 2011. C’était au cours d’un point de presse animé hier mercredi après midi dans la salle paroissiale de Fatima par le secrétaire général de ce parti, Jacquemin Shabani .

D’entrée de jeu, l’orateur a demandé une minute de silence en mémoire des victimes de la démocratie tombées à Goma et Boma suite à la répression brutale des forces de l’ordre contre les combattants de l’UDPS qui manifestaient pacifiquement leur désaveu face aux résultats publiés par la CENI. A cet effet, il a appelé le peuple à vaincre la peur en participant à des manifestations pacifiques conformément aux articles 26 et 64 de la constitution.

 Face aux violations de droits de l’homme dont sont victimes les Congolais avant, pendant et après les élections, Jacquemin a demandé aux forces de l’ordre et à la Monusco de protéger les manifestants.
Tout en dénonçant la complicité des représentants de l’opposition à la CENI dans la fraude électorale, trahissant ainsi le souverain primaire qui a exprimé dans les urnes sa volonté pour l’alternance, le secrétaire général de l’UDPS s’est dit affligé par la dernière sortie médiatique du président sortant qui a nié les violences perpétrées par ses services, lesquelles ont été confirmées par les organisations des droits de l’homme, nationales et internationales

Eric Wembakungu

Déclaration de l’UDPS

1. L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) en dépit de toutes les manœuvres orchestrées par le pouvoir déchu, réaffirme la victoire de Mr Etienne Tshisekedi à l’élection présidentielle de novembre 2011, telle qu’en témoignent les résultats affichés par différents bureaux de vote à travers toute la République Démocratique du Congo et consignés dans les Procès Verbaux authentiques.

2. Dans cet ordre d’idées, l’UDPS salue le courage du peuple souverain qui a montré qu’il tient à sa victoire et entend la protéger quel qu’en soit le prix et prend acte des rapports des organisations de la société civile telle que le Centre Carter, l’Asadho, la Cenco, l’Archidiocèse de Kinshasa et la mission d’observation de l’Union Européenne pour avoir dénoncé la fausseté des résultats fantaisistes de la CENI et de son leadership nuisible et négatif.
L’UDPS et tout le peuple Congolais sont rejoints dans leur conviction sur la véracité de la victoire par des témoignages de partenaires de la communauté internationale, qui ont jugé non crédibles les résultats annoncés par la CENI.
L’UDPS condamne le comportement coupable des représentants de l’opposition au bureau de la CENI qui n’ont pas fait preuve de leur sens du devoir et de responsabilité pour sauvegarder la volonté du peuple clairement exprimée dans les urnes

3. L’UDPS dénonce, une fois de plus, les violations massives des droits humains dont sont victimes des citoyens Congolais depuis le 04 juillet 2011 qui se caractérisent par des enlèvements diurnes et nocturnes, disparitions sans traces, exécutions sommaires, déportations et épuration ethique (cas de Kamina et Kambove dans le Katanga, Masisi et Rutshuru dans le Nord-Kivu).

4. L’UDPS est par ailleurs sidérée par le cynisme affiché par le candidat malheureux Joseph Kabila, qui au cours de sa dernière conférence de presse, élude la réalité de ces violations et semble satisfait du professionnalisme de ses services dans la répression des manifestants alors que les observateurs impartiaux ont noté l’utilisation des armes létales et même lourdes dans la ville de Kinshasa.
Voici d’ailleurs le mode opératoire de cette « opération effacer le tableau » du 09 au 10 décembre à travers la ville de Kinshasa : un véhicule de la police larguant des bombes lacrymogènes suivi d’un véhicule à l’air négligé avec des tireurs d’élite en civil tirant sur les manifestants et d’un camion bâché dans lequel se trouve des ramasseurs des corps emmenés à une destination inconnue.
La même répression s’est intensifiée dans le Bas-Congo dans le territoire de Tshela à Nsioni où depuis hier la police s’est mise à violenter la population et à se livrer à des enlèvements pour punir la population qui a osé se réjouir de l’élection du Président Tshisekedi après avoir suivi tous les témoignages sur la fausseté des résultats proclamés par la Ceni.
Le cycle des violences commises par les forces de l’ordre a atteint le Kivu où les marches de protestation contre les résultats proclamés par la Ceni ont été sauvagement réprimées et des arrestations opérées à Bukavu et à Goma (cas du président fédéral de l’UDPS Goma). Il y a quelques heures, c’est le cas de Lubumbashi.

5. Voilà pourquoi en vertu de l’article 64 de la constitution, l’UDPS rappelle à tout citoyen congolais son devoir de faire échec à tout indivudu ou grpupe d’individu qui prend le pouvoir par la force contre la volonté de changement exprimé par le peuple. Par conséquent, se basant sur l’article 26 de la même constitution qui garantit la liberté de manifestation, l’UDPS demande au peuple de protéger sa victoire à travers des manifestations pacifiues et démocratiques. Elle demande aux forces de l’ordre et à la Monusco de veiller à la protection des manifestants.

Fait à Kinshasa le 14/12/2011
Me Shabani Lukoo

LEAVE A REPLY

*