Président national de l’URDC : Kakese dresse un tableau sombre de la société congolaise

0
33

L’homme de la nouvelle ère politique en Rd Congo et président national de l’Union pour le réveil et le développement du Congo (URDC), Dr Kakese Malela François Nicéphore se trouve depuis mercredi 17 novembre 2010 à Kinshasa, après quatre mois d’un travail de dur labeur à l’extérieur et à l’intérieur du pays, pour une installation effective et palpable de son parti à travers le territoire national. Il a été abordé par quelques journalistes le jeudi 18 novembre 2010 au siège de son parti, situé au numéro 111 de l’avenue Dilolo, dans la commune de Kinshasa. Il a donné à la presse le constat réel de ce qu’il a vu sur le terrain. 

            « Le Congo, notre pays, vit une époque qui est tellement corrompue que les Congolais ont difficile de se faire confiance mutuellement. L’amitié est rejetée et on se sert des gens pour atteindre des objectifs qu’on s’est assigné. Tous les Congolais peuvent faire face à l’adversité, mais si vous voulez tester le caractère d’un homme, donnez lui du travail, » a dit le président national de l’URDC.

            Dr François Kakese ne va pas par quatre chemins pour déclarer que «  sa révolution culturelle tirant sa puissance de la parole de Dieu trouve dans notre pays une place de choix du fait que l’honnêteté est découragée. Elle est considérée comme un instrument tranchant, qui fait saigner plus qu’il ne coupe. »

            Il était surpris de constater que « partout où il a été, on lui demandait d’adapter ses paroles afin de ne dire aux gens que ce qu’ils veulent entendre, plutôt que la vérité brute et grossière. »

            Il a ajouté : « La lutte que je mène au Congo notre pays me fait comprendre que plus je suis honnête, plus ma vie devient désespérée et pleine d’ennuis. Le Congo, notre pays, semble totalement à mon avis  hors de contrôle, sous multiples points de vue. Pour preuve, les Congolais sont réellement confrontés à une société liée par les convoitises, l’avidité et le scepticisme. Plus encore, les Congolais sont tellement obnubilés par le pouvoir qu’ils mentent, trichent, volent et font tout ce qui est nécessaire pour obtenir ce qu’ils veulent. »

            Le président national de l’URDC a conclu l’entretien par ces propos : « Il est vraiment décourageant de penser au nombre élevé de personnes qui sont choquées par l’honnêteté face au nombre de ceux qui ne sont pas choqués par la fraude. Nombreux veulent faire les actes de bonté ou de générosité que je qualifie comme étant la forme la plus puissante de distraction parce qu’elle désarme les soupçons, cela veut dire en bref donner avant de prendre. » 

Propos recueillis par Jean- René Bompolonga  

 

LEAVE A REPLY

*