Pour la première fois : l’UA se montre ferme devant Nangaa

1
1807
Corneille Nangaa, secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale indépendante que les confessions religieuses, sauf les Catholiques, proposent pour succéder à Apollinaire Malumalu. Photo CENI
Corneille Nangaa, secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale indépendante que les confessions religieuses, sauf les Catholiques, proposent pour succéder à Apollinaire Malumalu. Photo CENI

Quelques jours après le passage de l’émissaire du président Trump à Kinshasa, le président de la CENI Corneille Nangaa s’est envolé pour Addis-Abeba où il a rencontré le Président de la Commission de l’Union Africaine, le Tchadien Moussa Faki Mahamat.  Les observateurs de la crise congolaise espéraient le voir présenter des propositions qui seraient une synthèse de la position qui était jusque-là la sienne et celle exprimée par l’ambassadrice américaine Nikki Haley sans oublier les propositions de l’Opposition congolaise dans sa diversité.

Mais aussi curieux que cela puisse paraître, le président de la CENI y est allé de son discours habituel en rappelant «la détermination de la CENi de faire tout ce qui est en son pouvoir pour faciliter l’organisation le plus rapidement possible des élections crédibles et
transparentes, et il a sollicité l’appui du président de la Commission pour l’aider à surmonter les nombreux défis qui se présentent en vue de la réussite du processus électoral en RDC» !

Il n’y a pas meilleur langage de bois que ce traditionnel discours, rôdé au fil des années et qui tente de traverser tous les océans des critiques sans céder sur le point essentiel, celui de l’effectivité des élections, dans le respect de la loi suprême du pays.
Quels sont donc ces défis toujours insurmontables ? Et pourquoi
monsieur Nangaa ne fait-il pas la moindre allusion aux différentes
propositions qui lui sont faites pour baliser rapidement la route des
élections et permettre ainsi au peuple, unique souverain selon la
Constitution, d’exercer son pouvoir discrétionnaire de désignation de
ceux qui doivent le diriger ? Si l’américaine Nikki Haley a pu lui
dire qu’il ne faut pas dépasser le milieu de l’année prochaine pour
organiser les élections, c’est parce qu’elle dispose des rapports des
experts aussi bien nationaux qu’internationaux qui démontrent tous la
faisabilité des opérations. Et aussi parce que des études fiables
démontrent que la non organisation des élections jusqu’à ce jour
relève uniquement de la mauvaise foi et de l‘absence d’une réelle
volonté politique.
C’est sur base de tout cela qu’à Addis-Abeba cette fois, le président
de la Commission de l’UA ne s’est pas laissé prendre par le
traditionnel discours des «défis toujours insurmontables» débité à
l’envi par la Ceni. Comme Nikki Haley il y a une semaine à Kinshasa,
Moussa Faki Mahamat a surpris Corneille Nangaa par la fermeté de ses
propos. Il a en effet souligné à l’intention du président de la
Centrale électorale congolaise «l’importance que revêt la publication
rapide d’un calendrier électoral crédible et aussi consensuel que
possible, de manière à créer la confiance requise parmi les acteurs
politiques congolais et à aider à l’apaisement du climat politique en
RDC».
Habituée à jouer l’Afrique contre les partenaires occidentaux, la
partie congolaise se trouve désormais dans une situation inhabituelle,
où tout le monde sans exception veut des élections dans les délais les
plus brefs, pour non seulement rassurer ces Congolais excédés, mais
aussi la sous-région, l’Afrique et le monde.
Corneille Nangaa va-t-il, enfin, saisir le message ou
continuera-t-il, comme il le fait si maladroitement jusqu’ici,
d’endosser les habits d’un des éléments du blocage ?
A lui de choisir.
LP.
Communiqué de l’UA

Addis-Abeba.  Le président de la Commission Africaine, Moussa Faki
Mahamat, a rencontré mardi le président de la Commission Electorale
Nationale Indépendante (CENI) de la République Démocratique du Congo,
Corneille Nangaa. Cette rencontre fait suite à l’entretien qu’il avait
eu lors de la visite du président de la Commission à Kinshasa, du 28
Septembre au 1er octobre 2017.

Au cours de leur rencontre, le président de la CENI a informé le
président de la Commission de l’évolution du processus électoral. A
cet égard, il a souligné la détermination de la Ceni à faire tout ce
qui est en son pouvoir pour faciliter l’organisation, le plus
rapidement possible, d’élections crédibles et transparentes. Il a
sollicité l’appui du Président de la Commission pour aider à surmonter
les nombreux défis qui se présentent, en vue de la réussite du
processus électoral en RDC.

Le Président de la Commission a salué les efforts de la CENI et
souligné l’importance que revêt la publication rapide d’un calendrier
électoral crédible et aussi consensuel que possible, de manière à
créer la confiance requise parmi les acteurs politiques congolais et à
aider à l’apaisement du climat politique actuel en RDC.
Le Président de la Commission a réitéré la disponibilité de l’Union
africaine à accompagner et à soutenir le processus électoral y compris
à travers la mise à disposition d’une expertise technique et l’appui à
la mobilisation des ressources financières et logistiques requises
tant auprès des Etats membres de l’Union Africaine que des partenaires
internationaux.

1 COMMENT

Comments are closed.