Pré-dialogue entre émissaires du pouvoir et de l’UDPS, le SG Mavungu formel : Tshisekedi n’a donné mandat à personne

0
202

Mavungu-BrunoA la suite des rumeurs les plus folles faisant état de contacts très suivis entre les émissaires du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, et ceux du président national de l’UDPS, Etienne Tshisekedi en Belgique, en Italie et présentement en Espagne, dans l’île d’Ibiza, Le Phare est entré en contact téléphonique hier jeudi 10 septembre 2015, dans l’après-midi, avec le Secrétaire général de ce parti, Bruno Mavungu. Le quotidien de l’avenue Lukusa était surpris de constater que l’homme que l’on annonçait en séjour en terre espagnole, depuis le début de la semaine, à la tête de la délégation de l’UDPS, qui serait occupée à régler les derniers détails du Dialogue avec ceux de la Majorité Présidentielle, se trouve encore à Kinshasa.

Selon l’intéressé, il était dans l’attente de la sortie de son visa à l’ambassade de Belgique, en vue de se rendre incessamment à Bruxelles, en consultation auprès du chef de son parti, Etienne Tshisekedi. Interrogé au sujet de l’état d’avancement des tractations entre le pouvoir et l’UDPS, il a martelé que jusqu’à preuve du contraire, Etienne Tshisekedi n’a mandaté personne pour l’engager, en quoi que ce soit, au sujet du projet du Dialogue, qui défraie la chronique depuis le mois de mai.

Tout en reconnaissant avoir appris, comme tout le monde, qu’il y aurait des contacts informels entre représentants de Kabila et ceux de Tshisekedi, il a tenu à préciser qu’au niveau du staff de l’UDPS, aucune initiative n’a été prise dans ce sens-là. En termes clairs, le parti de la 10me rue Limete n’est pas dans le schéma du glissement, de la formation d’un gouvernement de large union nationale, ni d’une nouvelle transition, comme le laissent entendre certaines mauvaises langues.

Selon le Secrétaire général Mavungu, les « contacts » entre Joseph Kabila et Etienne Tshisekedi s’étaient limités, au mois de mai, à la visite de l’Administrateur général de l’ANR (Agence Nationale de Renseignements), Kalev Mutond au siège de l’UDPS, à Limete, où il était venu informer le staff de ce parti des consultations qu’allait amorcer le Chef de l’Etat. A la suite de cette démarche, il était revenu 48 heures plus tard se faire remettre la « feuille de route » de l’UDPS en rapport avec le Dialogue, telle que publiée le 14 février 2015, sous la signature du chef du parti, avec la promesse ferme de l’amener au Palais de la Nation, en vue de la remettre à son mandant.

            Dans l’entendement de la haute direction de l’UDPS, a indiqué son Secrétaire général, il n’est pas possible d’engager un quelconque pré-dialogue entre les deux parties tant que le Président de la République n’aura pas répondu au mémorandum. Bruno Mavungu estime que tant que Joseph Kabila n’aura pas donné de réponses à l’UDPS, par retour de courrier, à ses préoccupations concernant le format du Dialogue, sa durée, le lieu de sa tenue, la nature de la médiation (nationale, internationale ou encore co-médiation), son ordre du jour (contentieux électoral de 2011, restructuration de la CENI, calendrier électoral consensuel, audit externe du fichier électoral, tenue des élections présidentielle et législatives nationales dans les délais constitutionnels, libération des prisonniers politiques et d’opinions, réouverture des médias fermés, etc.), il n’y aura pas d’avancée dans la voie du Dialogue.

S’agissant de l’organisation de ce forum, l’UDPS se dit prête à y participer, à condition que soient élaguées toutes les zones d’ombres de nature à favoriser un glissement du mandat du Chef de l’Etat en fonction.

Kimp