Pour une rentrée scolaire apaisée : Gouvernement et Syndicats discutent sur les salaires

0
35

Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker Mwangu Famba a procédé, hier lundi 15 août 2011, à l’ouverture d’une concertation paritaire entre le Gouvernement et les syndicats de son secteur, regroupés au sein de l’Intersyndicale des enseignants. Cette cérémonie a eu pour cadre la salle des conférences de la Paroisse Notre Dame de Fatima, dans la commune de la Gombe. Plusieurs autorités ont été remarquées sur le lieu. C’est le cas du ministre de la Fonction Publique ; des vice-ministres du Budget et de l’Epsp et de plusieurs Secrétaires généraux de l’Administration publique. Prenant la parole, Maker Mwangu Famba n’a pas caché son plaisir de se retrouver avec l’Intersyndicale pour répondre à la Tradition de concertation  entre le Gouvernement de la République et l’Intersyndicale des enseignants de l’Epsp ; pour un dialogue constructif ;  un moyen efficace d’entretenir, de développer et de fructifier le partenariat qui lie les deux parties.

Il a signalé que ce dialogue instauré par le gouvernement avec ses partenaires sociaux a bien fonctionné en 2007, 2009, 2010 et en février 2011. Il a résumé les fruits de ces concertations en citant la fusion de tous les avantages ; la suppression des zones salariales et l’uniformisation du barème salarial, entraînant l’amélioration des salaires et avantages sociaux en faveur des enseignants de toutes les provinces du Territoire national.

Cela, rappelle le ministre, a garanti la mise en œuvre de la gratuité de l’Enseignement primaire en 1ère, 2ème et 3ème année primaire. Et cette année scolaire 2011-2012, la 4ème année primaire sera aussi gratuite. Il n’a pas oublié la Mutuelle de Santé pour laquelle le gouvernement libère depuis quatre mois déjà sa  part de cotisation. Maker Mwangu a noté que toutes ces réalisations ont été obtenues avec la participation significative des Associations syndicales des enseignants. Ceux-ci, a-t-il souligné, ont de nouveau déposé un cahier de charges portant essentiellement sur l’augmentation des salaires. Il s’est montré très confiant dans l’aboutissement des présentes assises qui  visent à trouver – dans le même état d’esprit et la même volonté – une solution aux revendications des enseignants.

Le gouvernement appelé à faire bénéficier l’EPSP des avantages comme à l’ESU

Auparavant, le secrétaire général à l’EPSP, Dieudonné Lufunisabo Bundoki, dans un mot de bienvenue, il a exhorté l’assistance à un travail de qualité pour réussir une rentrée scolaire apaisée.  Cela a été, a-t-il affirmé, le cas avec les concertations tenues l’année dernière au Cepas. Cette année, on est appelé à réaliser le même résultat. Il a signalé la présence dans la salle, des délégués venus de Bandundu et du Katanga. En présentant les doléances de l’Intersyndicale de l’Epsp, Désiré Tshibwabwa, porte-parole des syndicats de l’Epsp, a souhaité également que les travaux se déroulent dans un esprit de paix et aboutissent à des résultats concrets qui permettront une rentrée apaisée des classes le premier lundi du mois de septembre.

Tout en félicitant la partie gouvernementale d’avoir réagi avec promptitude après le dépôt de leur cahier de charges, il s’est plaint que de nombreux points des négociations antérieures sont restés sans suite. Il a cité le traitement de base des enseignants resté inchangé depuis 2007. Il a demandé au gouvernement de fournir le même effort qu’il a déployé pour l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), qui a vu ses conditions socio-professionnelles s’améliorer alors que sa sœur jumelle qu’est l’Epsp a continué à vivre  le statu quo. Pour aider les négociations à vite avancer, il a indiqué que l’Intersyndicale avait apprêté, en annexe, un barème type, tenant compte du panier de la ménagère et des salaires des enseignants des pays voisins, car la Rd Congo ne doit pas vivre dans un vase clos.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*