Pour recouvrer sa créance, il sollicite la vente de la parcelle de son débiteur

0
41

Représenté par son conseil sous le RC 28327 devant le tribunal de grande instance de Matete, Lokata a demandé la vente de la parcelle de Kassongo afin de lui permettre de récupérer sa créance de 2500 dollars américains. Exposant les faits après le défaut retenus à l’égard de son contradicteur, bien que notifié de la date d’audience, il n’a pas comparu, ni personne d’autres en son nom, Lokata a soutenu que Kassongo a eu à contracter auprès de lui une dette de 2500 dollars américains. Somme qui devrait être remboursée après quatre semaines. Et, pour affirmer sa volonté de respecter les engagements pris, Kassongo a hypothéqué le certificat d’enregistrement de sa parcelle.

Selon le conseil de Lokota de poursuivre, c’est depuis 2014 que la dette a été contractée. Malgré plusieurs sommations non seulement verbales mais aussi judiciaires non exécutées, il est nécessaire que le tribunal ordonne premièrement le séquestre de cette parcelle, ensuite la vente. A cette décision de mise sous séquestre et de vente doivent s’ajouter les dommages et intérêts d’une valeur de 74.500 dollars ,payables en francs congolais, pour tous les préjudices subis, a soutenu le conseil défendant les intérêts de Lokota.

Arguments soutenus par les articles 258 du Code civil congolais Livre III pour ce qui est des dommages et intérêts et 23 du même code pour ce qui est du séquestre. Cela étant Lokota, représenté par son conseil, a estimé qu’il serait justice si le tribunal fait droit à sa requête formulée pour cette parcelle sise au n°2/A, avenue de la Paix, quartier Malemba, dans la commune de Limete.

Prenant acte de l’avis du ministère public qui a demandé à ce que l’on fasse droit à l’exploit introductif au cas où les conclusions faites par Lokota s’avèrent exactes, le tribunal a clos les débats pour un jugement devant intervenir dans le délai légal.

Yves Kadima