Polydor Muboyayi, Officier de l’Ordre français du Mérite

2
194
 « En raison de votre parcours exemplaire, historique et courageux, au nom du Président de la République française, nous vous remettons les insignes de l’Ordre national du Mérite… ». C’est en ces termes que l’ambassadeur de France en RDC, Luc Hallade, a justifié le choix porté sur Polydor Muboyayi Mubanga, Editeur-directeur général du journal Le Phare, pour la remise de cette importante décoration, le samedi 14 juillet 2012 à la résidence du diplomate français.
 
En effet, a rappelé l’ambassadeur français à l’assistance, Polydor Muboyayi a beaucoup œuvré pour le développement de la presse privée en RDC. Il s’est totalement investi dans la réorganisation de la presse congolaise depuis les Etats généraux de la Communication en passant par l’avènement de l’instance d’autorégulation de la presse congolaise,  sans compter les efforts qu’il déploie au quotidien dans le cadre de la lutte pour la liberté de la presse. 
 
Créateur du journal le Phare en 1983, Polydor Muboyayi a entamé sa carrière en journalisme professionnel au début des années 70 au quotidien «L’Etoile» dont il gravira tous les échelons après la réforme de la presse de 1972, jusqu’à devenir le directeur de la Rédaction du journal Salongo qu’il quittera en janvier 1983 pour fonder son propre journal, «Le Phare». 
Harcelé de 1983 à 1986 par les services de sécurité, il fut arrêté en 1986 sous l’incroyable prétexte de n’avoir pas publié, quatre ans plus tôt, à la Une du journal Salongo, la photo  du Guide éclairé, le maréchal Mobutu Sese Seko. Il fut gardé au secret pendant un mois sous la prévention de «sabotage  de la Révolution». 
 
Combattant insatiable de la liberté d’expression et analyste pointilleux, le numéro un du quotidien de l’avenue colonel Lukusa a résisté au cours des années 90’ à toutes les pressions et intimidations tendant à faire taire le journal. Les menaces, interpellations multiformes et autres plasticages n’ont jamais eu raison de sa déterimination à s’exprimer en toute liberté.  Victime d’enlèvement de la part de la garde présidentielle du régime AFDL et incarcéré durant 3 mois en 1997, Polydor Muboyayi n’a pas pour autant cessé d’oeuvrer pour l’indépendance du journal Le Phare, devenu à ce jour une référence dans l’univers médiatique congolais. 
Il convient de signaler qu’outre l’Editeur Muboyayi, deux autres éminentes personnalités ont été admises dans l’Ordre National du Mérite français. Il s’agit du Sénateur Mutinga, patron du Potentiel, dont la grande contribution à l’émergence d’une presse libre au Congo a été soulignée par l’ambassadeur français. Il a reçu pour toute son oeuvre, la distinction d’Officier de l’Ordre du Mérite. La troisième personnalité admise dans cet Ordre est un ancien avocat général de la République, M. Ngenyi, qui a reçu les insignes de commandateur.
 
Une autre personnalité du secteur des médias a été honorée en ce 14 juillet 2012. Il s’agit de Chantal Kanyimbo Manyonga, ancienne présidente de l’UNPC et actuellement Rapporteurse du CSAC (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication) qui a été admise dans l’Ordre des Arts et Lettres en qualité de Chevalier, sur décision du ministre français de la Culture. La cinquième distinction a été décernée à M. Samy sur décision du ministre français de l’Education. Un prix des droits de l’homme octroyé par l’ambassade de France à Kinshasa est allé à Madame Losembe.    
Présent à cette cérémonie, le ministre des Médias, chargé des Relations avec le Parlement et de l’Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, Lambert Mende, a salué cette reconnaissance des journalistes congolais par la France. Concernant les lauréats de la soirée, le ministre  a témoigné qu’ils sont tous des professionnels qu’il a connus essentiellement depuis son retour d’un long exil entre les années 80 et 90. Les ayant vu soutenir les efforts de démocratisation en marge de la Conférence nationale souveraine(CNS), Lambert Mende a soutenu que ces trois personnalités de la presse à l’honneur en ce jour de la fête nationale française, font partie d’un échantillon de ceux qui ont sensiblement contribué à l’éclosion d’une presse libre en RDC. 
Enfin, pour sa part, l’Editeur-directeur général du Phare a déclaré que cette médaille de l’Ordre du Mérite de la France qu’il venait de recevoir sur décision du Président  de la République française, a suscité davantage en lui un sentiment de devoir. Car, ce qui a été primé c’est l’effort et l’attachement au travail bien fait. Tout en exhortant les praticiens du journalisme à poursuivre cet effort, Polydor Muboyayi a souligné qu’après 42 ans d’exercice personnel de ce métier de journaliste, il n’est pas fréquent de voir les mérites reconnus. Heureux de recevoir cette décoration après avoir reçu le prix américain HELLMAN-HAMMET le 26 juin 2001 pour la liberté de la presse, prix décerné à New York, il a tenu à relever que c’est l’extérieur qui reconnaît nos mérites. «Néanmoins, a-t-il conclu, l’essentiel, c’est le message qui se dégage : le travail du quotidien Le Phare se fait au pays, où il produit des résultats appréciés par tous sur fond d’informations saines, vérifiées et contribuant à l’éclosion des opinions en RDC…» 
 
Tshieke Bukasa  

2 COMMENTS

  1. je suis de mon vieux le phare a tenu et je me rappelle quand vous venez me reveiller quand le logiciel se bloque en pleine travaille au camp riche chapeau mon vieux

LEAVE A REPLY

*