Polio : les parents sous-informés sur les effets secondaires

0
73

images (10)Plusieurs centres de santé ont enregistré un taux important  d’enfants amenés en urgence,  souffrant de vomissements et diarrhée, la semaine dernière. Certains de ses enfants dont l’âge varie entre zéro et cinq ans ont dû être hospitalisés pour suivre de soins appropriés.

Cela s’est malheureusement passé  tout juste après la dernière  campagne de vaccination ou le rappel de vaccination contre la poliomyélite et l’administration du mebendazole  contre les vers intestinaux. 

 Ces symptômes ont sérieusement entamé le moral de beaucoup de parents qui ne savaient pas à quel saint se vouer et dont certains envisagent sérieusement le boycott de ces campagnes dites de « porte à porte »  pourtant très salutaire pour leur santé.

Il est ainsi important de rappeler à ces parents tentés de ne plus le faire que selon Mémo vaccins 2000,  vacciner évite certaines maladies infectieuses chez les enfants ou les adultes, vacciner protège de la contagion les personnes fragiles. Si les enfants ne sont pas vaccinés à temps, ils pourraient contracter les maladies à l’âge adulte, cela avec des risques de complications plus importants, des maladies telles que la rougeole  qui est plus grave à 20 ans qu’à 5 ans.  Car, dans ce lot de vaccins dont le calendrier national en Rd Congo s’arrête à 9 mois avec le vaccin contre la rougeole ( Var)  et la fièvre jaune (Vaa), il y a autant de vaccins obligatoires  que  d’autres recommandés.   Les vaccins obligatoires sur le plan international sont notamment contre la tuberculose (BCG), la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Et les recommandés sont les vaccins contre la coqueluche, méningite à haemophilus influenzae b, hépatite B, rougeole, oreillon et rubéole

Ainsi pour éclairer ses lecteurs et apaiser les parents, Le Phare  a interrogé un pédiatre qui a requis l’anonymat. Pour ce spécialiste, les signes observés en marge de la vaccination contre la polio sont tout à fait normal et cela est essentiellement  dû au fait que certains enfants qui ne tolèrent pas ce vaccin peuvent avoir des effets secondaires sans gravité. Malheureusement, la plupart  d’auxiliaires de santé chargés de mener cette campagne manquent cruellement d’informations à fournir  aux parents sur des effets secondaires éventuels. C’est ce qui alarme de nombreux parents alors que s’ils étaient informés, cela allait se passer comme dans le meilleur des mondes.

 Il importe, au regard des ressentiments des parents qui risquent de mettre en danger la vie de leurs enfants que le PEV intensifie ses programmes d’information   auprès de la population afin d’éviter un rejet de la vaccination qui est pourtant salutaire.

            Outre le calendrier national élaboré en fonction des réalités congolaises, voici comment se présente le calendrier sur le plan international

De 1 à 4 mois

            Dès le 1er lois : BCG ; à partir de 2 mois : DTC Polio Hib 1ère injection ( Diphtérie, Tetanos, Coqueluche, polio, Haemophilus influenzae b), Hépatite B 1ère injection ; 3 mois : DTC Polio Hib 2e injection ( Diphtérie, Tétanos, coqueluche, polio, haemophilus influenzae b), Hépatite B 2e injection ; 4 mois : DTC Polio Hib 3e injection ( Diphtérie, Tétanos, coqueluche, polio, haemophilus influenzae b) ; chez nous il faut ajouter à 6 mois la vitamine A reconnue comme stimulant de l’immunité puis à 9 mois le vaccin contre  la rougeole et la fièvre jaune.

De 12 mois à 6 ans

            A partir de 12  mois : Rougeole-oreillons-rubéole 1ère dose, hépatite B 3e injection; 16-18 : DTC Polio Hib 1er rappel (Diphtérie, Tétanos, Coqueluche, Polio, Haemophilus infleunzae b) ; Entre 3 et 6 ans : rougeole-oreillons-rubéole 2e dose ; avant 6 ans : BCG (Obligatoire pour l’entrée collectivité) ; 6 ans : Diphtérie-tétanos-polio 2e rappel ; Rougeole-oreillons-rubéole pour les enfants n’ayant pas encore été vaccinés ou n’ayant reçu qu’une dose ; 16-18 ans : Diphtérie-tétanos-polio 4e rappel, Rubéole pour les jeunes femmes non vaccinées ; à partir de 18 ans : Tétanos, polio tous les 10 ans, Rubéole pour les femmes non vaccinées, en âge  d’avoir des enfants, hépatite B uniquement pour les personnes appartenant à un groupe à risque ; a partir de 65 ans : vaccination grippale tous les ans.

       VAN

LEAVE A REPLY

*