Police criminelle : deux trafiquants de faux passeports aux arrêts

0
38

La police d’investigation criminelle vient de réaliser un véritable coup de maître ! Elle a réussi à mettre la main sur deux malfaiteurs appartenant au réseau de ceux qui opèrent dans le trafic des faux passeports. Il s’agit de Mvukani Maboke Roger et Mpululu Zikinyoka Hugues. Tous deux sont des chômeurs.

Leur présentation à l’opinion par le biais de la presse a eu lieu hier mercredi 7 septembre au Parquet général de la République. C’est l’Inspecteur général de la police judiciaire de parquet, Ndongo Nzita qui a procédé à leur présentation devant les professionnels des médias pour qu’ils soient découverts par le grand public.

Selon, l’Inspecteur Ndongo, ces inciviques passent pour champions de la contrefaçon par plusieurs méthodes qu’ils emploient. Se réservant de donner des détails du fait que l’instruction du dossier est en cours, l’inspecteur général a quand même lâché quelques bribes d’information sur l’une des méthodes appliquées. Cette dernière consiste en la falsification de la vraie identité du document. Ils effacent la vraie ou l’identité originale pour la remplacer par une fausse, tout en gardant la photo qu’ils éprouveraient probablement des difficultés pour la remplacer.

Ainsi, quand on regarde bien le document retravaillé, on remarque qu’il n’y a aucun rapport entre l’identité du porteuret la photo. Par ailleurs, le présentateur des criminels a affiché la détermination de son service d’aller jusqu’où bout pour démanteler tous les réseaux maffieux qui se livrent à la contrefaçon ou autres pratiques qui violent les lois de la République.

En outre, il a souligné que la police judiciaire de parquet dispose d’un bureau central national Interpol qui mène des investigations pour découvrir de tels réseaux.
Question : comment des gens, chômeurs de leur état, qui ne travaillent pas aux Affaires étrangères, peuvent-ils se livrer à une telle pratique ?
Réponse de l’Inspecteur : ils opéreraient nécessairement en complicité avec certains agents du ministère des Affaires étrangères. Et il a promis de remonter la filière jusqu’à ce qu’on mettra la main sur tout le monde impliqué dans le dossier pour que chacun réponde de ses actes devant la loi.
L’Inspecteur général de la police judiciaire des parquets a saisi l’occasion pour lancer lun appel aux compatriotes qui détiendraient par devers eux de tels passeports ou autres documents de valeur pour qu’ils se présentent à la chancellerie nationale la plus proche, afin d’éviter qu’ils ne tombent dans l’infraction. Car, a-t-il rappelé, une faute avouée est à moitié pardonnée !

Dom

LEAVE A REPLY

*