Plus de 3.000 jeunes sous-emploi testés

1
464

Le Vice-premier ministre et ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale, a procédé le samedi 14 mai 2016, au lancement officiel de la phase de mise en stage professionnel des stagiaires au sein de plusieurs entreprises publiques, grâce à un financement de la Banque Africaine de Développement (BAD).

La cérémonie a eu lieu au second bureau de l’ONEM (Office national de l’emploi), dans l’immeuble Crown Tower, avenue Batetela, à la Gombe. C’était en présence de plusieurs partenaires déterminés à accompagner
le gouvernement de la République dans ce domaine, via l’ONEM, qui est son organe technique chargé de réguler les emplois à travers le pays.

Parmi les invités, on peut citer Dr Angélique Kikudi Héliane et Liziève Itela, respectivement  DG et DGA à l’ONEM, Célestin Muteba et Edwige Takaisi, DG  et DGA de la Procredit Bank, filiale d’Equity group holdings Limited, le DG  de la TMB (Trust Merchant Bank),… et quelques bénéficiaires.

Prenant la parole à cette occasion, Willy Makiashi a précisé que c’est depuis le 26 février dernier qu’est intervenu  le lancement  de ce programme par le gouvernement. Il a également signalé qu’il s’agit là d’un accord conclu entre le gouvernement et la BAD, grâce auquel cette dernière apporte un financement à l’ONEM en tant qu’organe technique du gouvernement.

Le Vice-premier ministre et ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance sociale a indiqué que la présidente de l’UPJ (Union Panafricaine de la Jeunesse), Francine Muyumba,  a été conviée à cette rencontre, afin qu’elle soit  à la fois  témoin de cet engagement du gouvernement, et surtout  pour répercuter ce message auprès des
jeunes.

Pour sa part, Angélique Kikudi, DG de l’ONEM, a noté qu’un total de 3.000 jeunes avaient été soumis au test, dont 90 jeunes sont sortis avec une cote «Très bon» et 500 «Assez bon», avant d’ajouter qu’au niveau des employeurs, une autre appréciation devra être donnée en vue de sélectionner les meilleurs d’entre eux.

Elle  a fait savoir que ledit programme concerne au moins 10.000 jeunes sur une durée de quatre ans, soit environ 2.500 jeunes chaque année.  Ce test devra par la suite être pérennisé par une budgétisation à échéance convenue.

Livrant ses impressions, la présidente de l’UPJ a émis le vœu de voir ses jeunes faire montre de compétence.

S’exprimant au nom des employeurs, Célestin  Muteba, DG de la Procredit Bank, a souligné qu’ils sont là dans le cadre d’un partenariat avec l’ONEM, sur financement de la BAD, en vue d’appuyer
les jeunes dans le souci de leur permettre d’obtenir un emploi.
A cet effet, il a salué un programme en relai aux côtés d’autres
programmes déjà existants, à l’instar du programme «jeune banquier»
qu’il utilise avec comme but, l’étude de l’ABC de la banque.
Si Célestin Muteba s’est dit heureux d’ouvrir leurs portes aux jeunes
qui  goûtent leur première expérience professionnelle, Edwige Takaisi
DGA de Procredit bank a souligné la capacité de son institution
bancaire de mettre en exergue son savoir- faire au service des jeunes
en quête d’emplois, et d’ajouter que c’est cela l’apport de la
Procredit bank dans le cadre de ce partenariat avec l’ONEM.
Concernant le PED (Programme Emploi Diplômé), il faut retenir qu’il
fait partie des programmes spéciaux de l’ONEM, inscrits dans le cadre
général de réalisation du Plan directeur national essentiellement
consacré aux jeunes diplômés des universités et instituts supérieurs.
Melba Muzola

1 COMMENT

Comments are closed.