Plainte contre Malumalu : les opposants défilent au PGR

0
46

malu-malu-chasseLe Parquet Général de la République vient de mettre en mouvement  la procédure pour la poursuite du président de la Commission Nationale Electorale Indépendante, l’Abbé Apollinaire Malumalu. Le vendredi 11 juillet 2014, cette juridiction a auditionné le député Martin Fayulu, un des initiateurs de la plainte contre le président de la CENI.

Le président de l’ECIDé était accompagné pour la circonstance de quelques uns de ses pairs de l’Opposition, notamment le Secrétaire général de l’UDPS, Bruno Mavungu, le Secrétaire général de l’UNC, Jean Bertrand Ewanga, ainsi que son avocat, Me Kabengele.

A l’issue de son audition, Fayulu a fait savoir à la presse qu’il a confirmé les charges articulées contre le président de la CENI, contenues dans la plainte déposée au Parquet Général de la République le 27 juin dernier.

Plusieurs griefs ont été formulés à l’encontre de l’abbé Malumalu , principalement l’atteinte aux droits garantis aux particuliers et la violation des lois de la république.

Les opposants accusent également Malumlu du délit d’initié, pour avoir recruté des cadres de la CENI sans appel à la candidature, comme le veut la loi relative aux marchés publics.

On a appris que le Parquet Général de la République poursuivra les auditions avec d’autres leaders des forces de l’Opposition pour lui permettre de se faire une conviction avant de confirmer ou non les charges.

On rappelle que depuis qu’il a publié le calendrier partiel le 26 mai dernier, fixant la tenue des élections urbaines, municipales et locales en 2015, l’Abbé Malumalu n’est plus en odeur sainteté avec les forces politiques et sociales de l’opposition, qui le soupçonnent de rouler pour maintenir l’actuel président de la RDC au-delà du délai constitutionnel, alors que son mandat prend fin 29 décembre 2016.

Conformément à l’article 220 de la Constitution, qui limite le nombre des mandats présidentiels à deux, le Chef de l’Etat en fonction n’a pas le droit de se représenter à la présidentielle de 2016.

ERIC WEMBA

LEAVE A REPLY

*