Plaidoyer pour une loi spécifique pour les peuples autochtones

0
62

L’ONG « Espoir pour Tous » est montée au créneau, hier jeudi 17 avril 2014 à la Maison des Droits de l’Homme du Centre Carter, en vue de sensibiliser l’opinion sur la nécessité de prendre des mesures spéciales en faveur des populations pygmées par le gouvernement de la RDC. Eparpillés dans 9 provinces du pays, les pygmées restent pourtant, selon Luc Lutala Kyad’I, président de l’ONG, les populations les plus discriminées et les plus pauvres du pays. Et pour preuve ! Leur représentation politique est de 0%, le taux d’accès à l’éducation variant entre 2 et 20%, le taux de mortalité maternelle s’élève à près 27%, mortalité infantile à près de 37% l’accès à la propriété foncière 0% et une pauvreté généralisée et dramatique.

            En effet, a indiqué Luc Lutala, la loi spécifique pour laquelle plaide « Espoir pour Tous » devra contenir des mesures politiques globales sur les plans Politiques (élections, représentations, etc.), Sociaux (éducation, mariage, santé, accès aux biens primaires, etc.), Economiques (accès aux ressources naturelles, etc.) et Culturels (protection et préservation du patrimoine culturel…).

            Saluant néanmoins les efforts du législateur qui élabore une panoplie de lois qui font avancer les droits humains en RDC, il a cependant fait un constat global déplorable en ce qui concerne la promotion et le respect des droits des populations autochtones pygmées. A l’en croire, il convient d’intégrer les droits de ces peuples dans l’élaboration des prochains textes qui sont en gestation à l’instar de la loi Cadre sur la Décentralisation, de la loi Cadre sur les Affaires foncières ; de la loi Cadre sur l’éducation et d’autres lois cadres en préparation.

            D’ores et déjà, les défenseurs des droits des pygmées ont fait quelques recommandations afin que la loi spécifique sur les populations autochtones bien qu’historique ne soit pas édulcorée et qu’elle ait une efficacité illimitée. Au gouvernement, par exemple, ils demandent de mettre en place une politique nationale et un plan national de développement des peuples autochtones ; à la Ceni, ils demandent la mise en place d’une commission chargée des populations pygmées en vue du processus électoral à venir ; aux organes de l’Etat chargés de l’élaboration des différentes lois-cadres, d’intégrer en leur sein des commissions chargées des populations pygmées ; enfin, aux ONG, partenaires internationaux et agences des Nations-Unies de saisir les opportunités d’élaboration des lois cadres pour faire avancer la cause des pygmées et de considérer l’urgence de financer les programmes en faveur des populations autochtones pygmées de la RDC.

            Il convient de noter que ce groupe spécifique des populations congolaises a été sensiblement consulté par les animateurs d’Espoir pour Tous tant à Mambasa, Wamba, Lodja, Ankoro, etc. afin qu’il décline ses besoins prioritaires dans les différents domaines des droits humains. « Nous avons observé que nos frères Bambenga, Bambute, Batswa, etc. ont besoin de tout, mais, d’abord de la considération et du respect ! » a conclu un responsable de l’ONG.

Esther Mbuyi (stagiaire UPN) et Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*