« Place commerciale » : le gouvernement dans le coup ?

0
44

La descente effectuée le mardi 30 mars 2010 à la Place Commerciale située à la hauteur de la 7ème Rue, dans la commune de Limete, par les membres de l’Assemblée provinciale de Kinshasa a rassuré les usagers de cet espace récréatif. A la tête des députés provinciaux trônait leur président, Roger N’Singi. Aux élus « locaux », se sont joints quelques députés nationaux, notamment Pitshou Bolenge et Mudizo, tous de la circonscription de la Funa.

« On peut trouver des terrains ailleurs et laisser la jeunesse jouir de cet héritage », a lancé Nsingi après avoir suivi les réactions de plusieurs jeunes. « Ayez vos apaisements, vos élus se sont déjà saisis du dossier ; l’espace ne pourra pas être spolié », a déclaré le speaker de l’Assemblée provinciale de Kinshasa aux jeunes chauffés à blanc, qui ont pointé un doigt accusateur en direction de Sonangol, dont l’une des stations-services, située dans le voisinage, a été détruite dans l’optique de l’élargissement du boulevard Lumumba. Fait que N’singi a reconnu tout en précisant que c’était bien la raison de l’invitation, pour ce mercredi 31 mars 2010, adressée au ministre provincial du Plan, appelé à éclairer l’opinion. Aussi, a-t-il donné des garanties à la base au sujet de la détermination de l’Assemblée provinciale de saisir le Président de la République « fort malheureusement absent du pays », a regretté N’Singi.  Ce dernier a révélé avoir été en communication avec le ministre provincial de l’Intérieur, Godard Motemona, qui lui a appris que l’option était déjà levée par le gouvernement central de céder une portion de terre à l’entreprise angolaise. De ce point de vue, il reviendra à Sonangol, a expliqué Nsingi, de construire d’abord un terrain de basket-ball et de volleyball, avant d’envisager l’érection de son propre ouvrage qui devra occuper l’actuel espace du terrain de basket.

La colère de Fayulu

Compté dans la suite des députés, Martin Fayulu a dit ne pas comprendre que des initiatives qui touchent la ville soient prises sans l’assentiment de l’Assemblée provinciale. « Trop, c’est trop. Qu’ils attendent la fin des travaux sur le boulevard Lumumba pour revenir», a proposé, déçu, le député provincial qui a réaffirmé être opposé  à ce qu’on « touche à un seul mètre carré».

Le bouillant élu a promis d’apporter toute son assistance au « Collectif 7ème rue Place commerciale» pour la défense de l’espace querellé.

« Qu’ils aillent à Bibwa »

Les jeunes de Limete présents sur les lieux ont exprimé  leur colère face au projet visant l’usage de l’espace de la 7me Rue à des fins commerciales. Ils étaient tellement montés qu’un cameraman d’une chaîne de télévision privée, présent dans la délégation de la presse, a failli en faire les frais, pour avoir voulu donner un point de vue contraire à celle de la masse. « Qu’ils aillent à Bibwa où les espaces cherchent des occupants », lançaient, en chœur, les jeunes en direction de Nsingi, très conciliant. On rappelle quartier Bibwa est situé à environ cinq kilomètres de l’aéroport de N’Djili, sur la Nationale N°1, commune de la Nsele.

Le bourgmestre de Limete, en tenue de gala, n’a su contenir l’échantillon de ses administrés, lui-même faisant savoir avoir appris que l’espace devrait être morcelé. « Nous sommes de cœur avec vous en tant qu’élus et une solution sera bien trouvée en attendant que notre ministre du Plan nous fasse son rapport demain (Ce mercredi, Ndlr) à la plénière », a conclu Nsingi qui s’est, dans les instants qui ont suivi, déporté à Kingabwa.

LEAVE A REPLY

*