Pillée par des policiers : «Logos Christian Church» accusée de «Kuluna»

0
40

« Logos Christian Church », une église fonctionnant sur l’avenue Kato n°248, dans la commune de Lingwala, connaît des cas répétés de vol de ses biens depuis un certain temps. Le dernier vol en date, perpétré dans la nuit du 8 octobre 2010, porte la signature par des éléments de la police nationale. L’un d’entre eux a du reste été appréhendé avec une dizaine de chaises en plastique entre ses mains et sérieusement passé à tabac par des badauds.

            C’est l’un des gardiens de ce temple de prière, dénommé Simon Kashama, qui avait donné l’alerte.

            Au matin du 09 octobre 2010, un autre policier, de passage par là, s’est présenté sur les lieux en vue de récupérer le présumé voleur et d’aller le présenter à sa hiérarchie, au Camp Lufungula.

            Informé des faits le même matin, le chargé de la logistique de Logos Christian Church, Radjabu Moustapha, accompagné de Simon Kashama et deux fidèles, a décidé de se présenter lui aussi au Camp Lufungula pour le suivi du dossier. A leur grande surprise, ils seront mis aux arrêts, jetés au cachot pour y subir des traitements cruels, inhumains et dégradants, au motif d’avoir commis des voies de fait sur un policier innocent et en patrouille. Car, le présumé voleur avait entre-temps nié les faits mis à sa charge et accusé Rajabu et consorts d’être des membres d’une église « Kuluna ». Ils ne seront relâchés qu’après quatre jours de détention, sous caution financière.

            Cela étant dit, Logos Christian Church a été sommée de prendre en charge les frais d’hospitalisation du policier surpris chez elle en flagrant délit de vol. Alors que l’on croyait le dossier clos, des policiers ont lancé une opération de représailles sur l’avenue Kato et ses environs, pillant au passage des biens des particuliers et procédant à plusieurs rafles dans les rangs des jeunes. Toutes les personnes arrêtées ont dû payer des amendes avant de recouvrer leur liberté. 

  Un bébé en otage 

            La scène la plus cocasse a été vécue dans une parcelle voisine à l’église Logos Christian Church, et plus précisément dans la famille Kibokoti. Accusée d’héberger des « Kuluna », elle a vu des policiers en uniforme et en armes prendre en otage leur bébé de 7 mois, nommée Katia. Ils ont exigé, pour sa « libération », une forte rançon. Après d’âpres et longues négociations, les Kibokoti ont dû débourser 100 Usd (100 dollars américains) pour épargner à la petite Katia un séjour prématuré dans un cachot.

            Jusqu’ici, les bavures policières de la semaine dernière font trembler de peur les fidèles de Logos Christian Church ainsi que les résidents de l’avenue Kato et sa périphérie. 

Simbungu  Lumingu Eddy

 

LEAVE A REPLY

*