Pillage de l’or en Province Orientale : Congo Global Mining provoque un scandale à Djugu

0
77
  Le Phare s’était fait l’écho, il y a plus d’un mois, de la présence de Chinois opérant sans « papiers » dans des mines d’or répertoriées dans le territoire d’Irumu. Alors que cette exploitation illégale de cette pierre précieuse continue de révolter les autochtones, un autre scandale vient d’éclater.
Il porte la signature d’une nébuleuse société minière appelée Congo Global Mining, dont les propriétaires sont identifiés comme des Indiens. Basée dans le territoire de Djugu, plus précisément dans le groupement de Kekpa, cette firme est réputée travailler jusque-là sans autorisations légales.
Fâché, le chef coutumier Kekpa, chef du groupement du même nom, a commencé par dénoncer cet état de choses avant d’exiger le respect de la réglementation en matière de prospection, d’exploitation et de commercialisation de l’or.
Faute d’avoir été entendu, il a décidé de porter plainte contre Congo Global Mining au Parquet près le Tribunal de Grande Instance de Bunia. Mais, les autochtones accordent très peu de chance d’aboutissement à cette action judiciaire, compte tenu du trafic d’influence qui s’exerce sur les magistrats et fonctionnaires locaux appelés à traiter les dossiers miniers.
L’on pense notamment aux interférences d’un sujet rwandophone du nom de Besto, l’homme de main d’un certain Saidi, un des sociétaires de Congo Global Mining. On soutient même que certains responsables congolais venus à Bunia pour superviser les travaux d’asphaltage de l’aéroport de la ville, suspendus voici belle lurette, n’hésitent plus à s’immiscer dans les dossiers de l’or, pour couvrir les activités frauduleuses d’étrangers.
 
Le pillage planifié des mines d’or de la Province Orientale en général et du district de l’Ituri en particulier a installé un profond malaise au sein des communautés locales congolaises. Celles-ci ne s’expliquent pas le mutisme des autorités politico-administratives tant provinciales que nationales face à l’exploitation illégale de l’or et d’autres minerais par des sociétés écrans tenues par des sujets expatriés. Pendant que les autochtones croupissent dans la misère, des individus sans foi ni loi, protégés par des Congolais, s’enrichissent sans cause en un laps de temps. Qui arrêtera le pillage de l’or, du diamant, de la cassitérite… en Province Orientale ?
 
Kimp

LEAVE A REPLY

*