Pétition contre Minaku : l’opposition jette l’éponge

0
26

 Après avoir boycotté la séance  plénière du lundi 10 juin, les
groupes parlementaires de l’opposition ont déposé une pétition contre
le président de l’Assemblée nationale signée par 57 députés de leur
famille politique le mardi 11 juin, à l’issue d’un entretien avec ce
dernier dans la salle des Banquets du Palais du Peuple.
Cette pétition porte à la charge d’Aubin Minaku le gel des moyens de
contrôle parlementaire initiés par l’Opposition et le blocage du
processus de la désignation de son porte-parole.
Pour se conformer au règlement intérieur, le président de l’Assemblée
nationale a accepté de céder le perchoir à son  1er vice- président
Mwando Nsimba, au cours de la séance plénière prévu hier  mercredi 12
juin  pour examiner cette pétition qui visait sa déchéance.

L’opinion attendait voir éclater  la vérité sur les dessous des
cartes des contrôles parlementaires après les révélations troublantes
du président de la chambre basse, Aubin Minaku sur la motion de
défiance initié par le député du MLC, Germain Kambinga contre le
ministre des Mines.
La pétition des députés de l’opposition contre Minaku a fait flop.
Dans une déclaration lue à la presse par leur collègue, José Makila,
les députés de l’Opposition ont décidé de retirer leur motion et de
reprendre leur place à l’hémicycle.
Makila a fait savoir que suite à l’évolution du dossier après des
entretient avec le président de l’Assemblée Nationale le mardi 11 juin
et le mercredi 12 juin,  autour des faits lui reprochés, plusieurs
malentendus ont été dissipés.
Il a souligné qu’Aubin Minaku  leur a assuré de mettre en place des
mécanismes consensuels de gestion efficaces et rationnels du contrôle
parlementaire et une convergence des vues autour du calendrier visant
la désignation du porte- parole de l’opposition.
Pour tout dire les quatre groupes de l’opposition ont finalement
déclaré sans objet leur pétition contre le speaker de l’Assemblée
Nationale.
ERIC WEMBA
-0-
Rubrique : Politique
La Russie réaffirme son soutien à la restauration de la paix en Rdc
Igor Demidov, Chargé d’Affaires  de la Russie en Rdc, a souligné hier
soir l’importance que son pays attache au retour de la paix et de la
sécurité en République Démocratique du Congo. C’était à l’’occasion de
la fête nationale russe célébrée à la résidence de l’ambassadeur de ce
pays. Il a souligné,  à cette occasion , l’importance de la résolution
2098 du Conseil de Sécurite des Nations-Unies qui a autorisé  la mise
sur pied d’une Brigade internationale d’intervention rapide appelée à
jouer un rôle déterminant dans l’imposition de la paix à l’Est de
notre pays. Le diplomate russe qui a manifestement de la mémoire s’est
souvenu qu’en 1960 déjà, au lendemain même de l’accession du Congo à
l’independance, le jeune Etat avait été confronté à des tentatives
majeures de balkanisation.
Comme aujourd’hui, la Russie avait été à ses côtés pour faire échec à
ces initiatives funestes.
Un peu plus de trente ans plus tard, une nouvelle tentative de
balkanisation a été lancée et une fois de plus, la Russie se retrouve
aux côtés des Congolais dans leur démarche de préservation d’un Congo
uni dans ses frontières de 1960.
En guise de message au peuple congolais au moment où la Brigade
internationale d’intervention rapide prend ses quartiers à l’Est, le
Chargé d’Affaires de la Russie a réaffirmé la détermination de Moscou
d’accompagner Kinshasa dans toutes les étapes du processus de
pacification de l’Est du pays.
Dans leur désespoir, les Congolais ne sont donc pas tout à fait seuls.
Mais en attendant les actes, une promesse est toujours bonne à
prendre, car elle permet parfois de rêver.

Dorcas Nsomue

LEAVE A REPLY

*