Pénurie de vaccins à Kinshasa : Fausse alerte!

0
40

Au début de cette semaine tout comme à la fin de la semaine dernière,  une panique s’est emparée de plusieurs parents à cause d’une information qui laissait croire à une rupture de stock  de vaccins pour ces êtres fragiles.

            En effet, selon cette nouvelle parvenue au journal de Phare, à l’heure de rendez-vous du calendrier vaccinal pour bébés, certains centres de santé n’ont pas pu administrer certains  vaccins. Pour toute explication à ce report,   ces agents de santé ont évoqué un manque de produits à l’heur niveau, conseillant ainsi aux  parents d’appeler au préalable pour s’informer de leur disponibilité.

            La plus grande inquiétude a été lue du côté de certains parents très sceptiques qui sont passés de report en report des rendez-vous.

            Ainsi pour en avoir le cœur net, la rédaction du Phare s’est fait le devoir d’interroger les structures sanitaires compétentes afin de lever toute équivoque et rassurer les parents. Notamment le bureau de la coordination nationale du Programme élargie de vaccination (Pev) et le centre de santé de la Gombe. Selon des informations rassurantes  nous fournies pas ces deux services. Il n’y a ni rupture de stock, ni pénurie de vaccins. La République Démocratique du Congo dispose de suffisamment de doses de vaccins pour assurer sa couverture vaccinale.

La ville de  Kinshasa étant divisée en trois provinces de santé, chaque province dispose  de quoi approvisionner  toutes le zones de santé de sa juridiction.

            Au centre de santé de la Gombe en a confirmé l’information nous fournies par la Coordination nationale de Pev. Quant aux désagréments éventuels dont Le Phare a été saisi, les responsables de cette zone de santé ont parlé tout simplement d’un problème logistique qui serait peut être lié à l’approvisionnement des centres de santé. Ou tout simplement d’une harmonisation de calendrier entre celui de parent et le calendrier vaccinal de ladite structure qui peuvent entrer en contradiction.

            Sur l’approvisionnement, la Zone de santé de la Gombe a estimé qu’il  résulterait peut être d’une sous-estimation par la structure de ses réels besoins en dose nécessaires. Car, il y’a des structures qui s’approvisionnent de manière hebdomadaire ou mensuel leselon les besoins. Le désagrément peut aussi venir de la chaîne  administrative qui exige qu’avant chaque nouvelle demande, la zone de santé produise son rapport du précédent stock qui exige une utilisation rationnelle, parce qu’une dose de vaccin ou flacon est prévue pour dix enfants.

            A l’égard de parents, la Zone de santé a déclaré qu’il n’y a pas lieu d’être inquiet.   C’est ainsi qu’elle a évoqué le bénéfice de la vaccination de masse qui se fait du porte à porte. Pour elle, cette vaccination a pour objetr de récupérer « les perdus de vue ». C’est-à-dire, tous les enfants non vaccinés ou tous ceux qui auraient  échappé pour une raison ou autre au calendrier vaccinal. Pour cette campagne, ce sont tous les enfants qui sont concernés et il n’y a jamais de risque de surdosage.

            Enfin, pour cette structure, cette situation serait peut-être aussi   un problème de communication entre les structures au niveau de centres de santé et les parents. C’est pourquoi, les responsables de zone de santé ont invité les parents à s’informer suffisamment pour éviter tout malentendu.

A.Vungbo    

 

 

LEAVE A REPLY

*