LE PAVE DE LUBAYA : « Adieu l’Accord de la Saint Sylvestre ! »

0
393

Visiblement ulcéré comme des millions de Congolaises et Congolais qui
avaient placé tous leurs espoirs dans le deal politique du 31 décembre
2016 entre la Majorité Présidentielle et le Rassemblement pour sortir
la République Démocratique du Congo de la crise politique provoquée
par la non tenue des élections dans le délai, Claudel André Lubaya
tire la sonnette d’alarme.
L’élu de Kananga, qui ne croit plus en la bonne foi des caciques de la
famille politique du Chef de l’Etat, qu’il accuse d’avoir renvoyé
l’Accord de la Saint Sylvestre aux calendes grecques, appelle ses
pairs du Rassemblement à imaginer d’autres stratégies pour gagner la
bataille de l’alternance pour laquelle beaucoup des compatriotes ont
payé de leurs vies.
Pour le président de l’UDA, la famille politique de Joseph Kabila a
déjà mis une croix sur l’Accord du 31 décembre 2016.

La tribune de Lubaya
59 jours après, la Majorité présidentielle n’y croit pas. Moi non
plus. A la lumière de l’évolution de la situation, je suis tenté de
croire (à moins d’être contredit par des faits probants) que la
Majorité présidentielle a mis une croix sur l’accord de la Saint
Sylvestre et ce, au lendemain même de sa signature, dictée en son
temps par l’impératif de faire baisser la tension.
59 jours (janvier et février consommés) se sont écoulés sans
qu’aucune clause importante dudit accord ne soit mise en oeuvre. Pour
preuve : les prisonniers continuent à crouler dans leurs cellules
humides sans espoir d’être libérés. Les exilés sont toujours dans
leurs abris d’hiver, espérant le go de Kinshasa et qui traîne à venir.
Les délégués de l’opposition (Udps-Mlc) à la Ceni font de la
résistance et refusent de libérer les postes. Les doublons des partis
politiques se maintiennent. Les médias proches de l’opposition sont
toujours réduits au silence tout comme les biens de certains
dirigeants de l’opposition restent bloqués suite aux tracasseries
fiscales. Comble de tout, la nomination du 1er Ministre peine à se
réaliser et suscite un débat dans tous les sens, à la grande
satisfaction des stratèges de la MP qui ont décidé de rouler le
Rassemblement dans la farine, en faisant une lecture à contre sens de
la disposition relative à ce sujet.
Entre-temps, le peuple veut encore y croire. Les chancelleries
également, ainsi que les évêques membres de la Cenco, parrains dudit
accord, même si leur sortie médiatique de lundi dernier a laissé
transparaître des signes d’essoufflement et leur incapacité à désigner
nommément l’auteur ou la cause du blocage.
Face à ce sombre tableau et à la mauvaise foi manifeste des
partenaires en face, il y a lieu d’affirmer que la MP est résolument
déterminée à bloquer par tous les moyens, la mise en oeuvre de
l’accord du 31 décembre 2016. Elle n’y croit pas. Les signes palpables
sont là. Et c’est fort de ces indices sérieux que je me fais le devoir
de soulever ce débat que je veux sans passion.
A mon humble avis, le Rassemblement gagnerait en repensant la lutte
au lieu de continuer à rêver de la mise en oeuvre d’un accord à ce
jour hypothétique.

Claudel André Lubaya,
Député National