Participation aux travaux de l’Assemblée nationale : l’UDPS et la DC maintiennent le boycott

0
33

Il fallait s’y attendre. L’Union pour  la Démocratie et le Progrès Social et la Démocratie Chrétienne désapprouvent la décision de siéger à l’hémicycle prise par une frange des députés de l’opposition  dans une déclaration rendue publique le mardi 14 mars à Fatima, après un conclave qui a duré neuf jours au siège du MPCR de Jean Claude Vuemba,  dans la commune de Ngiri-Ngiri.

A l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, on précise que ce parti phare  de l’opposition n’était pas partie prenante à ce conclave. On rejette en bloc cette résolution qui remet en cause la décision prise par leur leader, Tshisekedi, d’annuler les scrutins législatifs.
Dans un entretien avec le journal Le Phare dans son cabinet d’avocat le samedi 17 mars, le Secrétaire de l’UDPS chargé de mission, Me Aselo Daniel, n’a pas eu sa langue dans sa poche pour qualifier d’opportunistes tous les députés de l’opposition qui ont levé l’option de prendre part aux plénières de l’Assemblée nationale.
Il a annoncé qu’une réunion de la direction politique du parti se tiendra cette semaine pour statuer sur le cas des députés élus de l’UDPS dont la fragrance vient d’être établie.

Pour ce cadre du parti cher à Etienne Tshisekedi, ces députés qui se sont déjà auto exclus par leur décision d’intégrer l’Assemblée nationale subiront immanquablement le même sort  que Kombo Nkisi.
Aselo  a martelé que tous ces députés de l’opposition en général et de l’UDPS en général qui  ont bénéficié de l’aura du sphinx de Limete pour se faire élire devaient tirer les conséquences de leur  acte de trahison à l’endroit du peuple congolais, qui avait massivement voté Tshisekedi à la magistrature suprême le 28 novembre pour une alternance crédible pouvant répondre à ses attentes après 5 ans d’une gestion calamiteuse  du pays par les tenants actuels du pouvoir.
Ce proche de Tshisekedi a également balayé d’un revers de la main l’argumentaire des participants à ce conclave  selon laquelle, la politique de la chaise vide n’a jamais été payante.

Il a sur ce point précisé que depuis l’indépendance du Congo en 1960, les chaises des institutions ont toujours été pleines. Pourtant la RDC est restée un pays pauvre en dépit de toutes ses potentialités convoitées par le monde extérieur.
«L’UDPS ne cherche pas le pouvoir pour le pouvoir mais plutôt le pouvoir pour gouverner autrement, afin d’apporter le bien-être et le bonheur à la population congolaise qui a souffert de plusieurs décennies de dictature», a-t-il souligné.
Cet avocat du barreau de Matete s’est dit convaincu que  le combat pour la vérité des urnes et le recouvrement de l’imperium par le président Tshisekedi ne peut en aucun cas être  remis en cause par cette énième  trahison du leader de l’UDPS par ses compagnons de lutte.

Dans la même optique, la Démocratie Chrétienne de Diomi Ndongala  a, comme l’UDPS, réafirmé sa position de boycotter les travaux de l’Assemblée nationale.
Au cours d’un point de presse tenu à l’hôtel Cana situé sur le boulevard du 30 Juin dans la commune de la GOMBE, le Secrétaire Général de la Démocratie Chrétienne, Freddy Kita, a porté un démenti formel aux allégations faisant état de la signature par son parti des résolutions de ce conclave politique.

Il a rappelé que son parti qui a pris part à ce conclave ne pouvait ratifier ces résolutions d’autant plus que sa position de ne pas participer à cette assemblée issue des élections dont les résultats n’ont pas été conforme à la justice et à la vérité n’a pas changé.
Freddy Kita est monté au  crénau pour déclarer que son parti  reste aux côtés de l’UDPS et de l’Eglise catholique dans le combat pour le rétablissement de la vérité des urnes.
Ce proche de Diomi a tenu à informer l’opinion que son parti ne répondra pas à l’invitation  de l’Informateur Mwando.

ERIC WEMBA    

LEAVE A REPLY

*