Partenariat EPS-INC/UNICEF : lancement des inscriptions en 1ère année primaire

0
76

Le lancement de la campagne d’inscription d’enfants en âge d’entamer leur scolarité primaire est prévu ce lundi 17 août 2015, sur l’ensemble du territoire national de la République Démocratique du Congo (RDC). Cette cérémonie de lancement, programmée à l’EP Kilimani (ex-La Montagne) à Kintambo/Magasin par le Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS/INC) en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) vise à sensibiliser les parents, pour que durant cette année 2015-2016, plus de 2 millions d’enfants, filles et garçons de 6 à 7 ans, l’âge indiqué pour débuter la première année primaire, soient tous inscrits à l’école. Ces précisions ont été fournies à la presse lors d’une séance de briefing organisée par l’Unicef, le 11 août 2015, au Centre Carter, dans la commune de Ngaliema. Pratique en cours depuis 12 ans, le lancement d’une campagne d’inscription à l’école primaire – qui se déroule normalement au début de chaque année scolaire – répond depuis quelques années bientôt à la politique de la gratuité de l’enseignement primaire dans les établissements publics que prône le Gouvernement congolais.

            Prenant la parole lors de cette séance pour justifier le bienfondé de cette initiative annuelle, Bruno Pila, chargé de communication à l’Unicef, a fait état de  la responsabilité sociale qui incombe à chaque partenaire intervenant dans l’éducation des enfants. Car, a-t-il indiqué, l’accélération des inscriptions des enfants en première année primaire est un pas positif pour donner à tous, filles et garçons, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires. A l’échéance des OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement 1999-2015), il y a un espoir pour assurer l’objectif 2 qui exige à chaque pays ayant pris cet engagement, dont la RDC, d’assurer une éducation primaire pour tous. Il a aussi noté que ce lancement d’inscription répond aux exigences de la Loi-Cadre de l’Enseignement de Février 2014, du Plan Intérimaire de l’Education (PIE) qui demande une instruction obligatoire pour tout enfant en RDC au niveau du l’enseignement fondamental. Pour montrer la nécessité d’impliquer tous les partenaires éducatifs et forces vives en RDC – les médias, comédiens, animateurs des troupes et théâtres y compris – Bruno Pila a rappelé qu’en 2011-2012, une enquête nationale sur la situation des Enfants et Adolescents en Dehors de l’Ecole (EADE) en RDC a indiqué que la RDC comptait 7,3 millions d’EADE dont 3,5 millions enfants étaient âgés de 6 à 11 ans.

            En outre, il a signalé que l’effectif des EADE le plus élevé, soit 47,6% des 7,3 millions d’EADE se situe dans la tranche d’âge de la scolarisation obligatoire (6 à 11 ans). 2 millions ont 6 à 7 ans. Enfin, il a précisé que le plus grand nombre des EADE (5,6 millions) se retrouve en milieu rural contre 1,7 en milieu urbain (soit 20,0%).

SAKAZ